•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un an de patients au « nouveau CHUM »

Le reportage d'Anne-Louise Despatie
Radio-Canada

Un an après son ouverture officielle, le mégahôpital du CHUM est encore en rodage et a du mal à recruter du personnel, comme bien d'autres d'ailleurs. Mais les patients, eux, sont nombreux à dire qu'ils sont heureux des soins qu'ils reçoivent.

Le « nouveau CHUM », comme on l'appelle, a été construit en partenariat public-privé au coût de 3 milliards et demi de dollars. Il est le résultat de la fusion de trois hôpitaux différents : Saint-Luc, Notre-Dame et l'Hôtel-Dieu.

Ouvert aux patients depuis le 8 octobre 2017, le mégahôpital mettra encore huit mois avant d'atteindre sa vitesse de croisière, estime Fabrice Brunet, directeur général du CHUM depuis 2015.

« La montée progressive s'accompagne de coûts, note-t-il, mais ces coûts ont été calculés dans ce qu'on appelle le budget de l'an 1. »

En attendant, les professionnels de la santé s'acclimatent plutôt bien à leur nouvel environnement de travail.

Pour favoriser la transition, les équipes d'oncologie et de cardiologie, par exemple, avaient été fusionnées avant même leur déménagement.

« On avait fait [en sorte] que les équipes se connaissent et se mêlent », explique Danielle Charpentier, cogestionnaire médicale du Centre intégré de cancérologie du CHUM. « Parce qu'on savait qu'après le déménagement, il fallait fonctionner très rapidement à 100 %, à cause de la chimiothérapie et du type de patients qu'on traite. »

C'est une famille reconstituée qui a déménagé.

George Honos, chef du service de cardiologie du CHUM

La transition est toutefois un peu plus difficile au bloc opératoire, aux soins intensifs, aux laboratoires et en radiologie, de l'aveu des employés

« Ce sont des secteurs où l'on manque de personnel, où c'est difficile de remplacer », affirme David Lemaire, président de l'unité syndicale APTS du CHUM.

« À cause de la pénurie [de main-d'oeuvre], on n'est pas capable de donner la formation pour que les gens se sentent à l'aise dans tout ça », ajoute Guy Brochu, président du Syndicat des professionnelles en soin de santé du CHUM, affilié à la FIQ.

Le « nouveau CHUM », c’est :

  • 772 chambres;
  • 1000 médecins;
  • 4000 infirmières, infirmières auxiliaires et préposés aux bénéficiaires;
  • 65 000 visites par année.

Les patients, eux, ne se plaignent pas trop d'avoir enfin accès à un hôpital digne du 21e siècle.

« Je me trouve chanceux d'être quasiment dans un quatre étoiles et trois quarts », applaudit André Lafetiere, patient en cardiologie. « C'est joli, c'est propre. »

« C'est apaisant, même si c'est grand », constate une autre patiente, Lucie Gionet.

Il faudra attendre la construction de la dernière phase, en 2020, pour ajouter 1000 places de stationnement – un irritant à l'heure actuelle, tant pour le personnel que pour les patients.

D'après le reportage d'Anne-Louise Despatie

Hôpitaux

Société