•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’AFO au Sommet de la Francophonie, mais pas le gouvernement ontarien

Photo d'une femme et d'un homme en mosaïque
La ministre ontarienne déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, et le président de l'Assemblée de la francophonie, Carol Jolin Photo: PC/Radio-Canada

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Carol Jolin, fera partie de la délégation canadienne au 17e sommet de l'Organisation internationale de la Francophonie à Erevan, en Arménie, plus tard cette semaine.

Un texte de Philippe de Montigny

M. Jolin voit dans le sommet, qui aura lieu les 11 et 12 octobre, une belle occasion de visibilité pour la francophonie ontarienne et pour son organisme.

C’est le gros événement de la francophonie internationale. J’ai des cartes d’affaires en quantité industrielle.

Carol Jolin, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario
Le drapeau de l'organisation internationale de la francophonie flotte au vent sous un ciel bleu.Le drapeau de l'Organisation internationale de la Francophonie Photo : OIF

Une absence remarquée

La province de l'Ontario a obtenu le statut d'observateur à l'Organisation internationale de la Francophonie, il y a maintenant deux ans.

Toutefois, la ministre déléguée aux Affaires francophones, Caroline Mulroney, n'assistera pas à l’événement.

Mise à jour, 10 octobre : le bureau de la ministre Mulroney indique que l'Ontario sera représenté par la délégation fédérale au Sommet et que la province conserve son statut d'observateur à l'OIF.

Le gouvernement ontarien ne nous a pas fourni d'explication pour justifier son absence, mais on se rappellera que le premier ministre Doug Ford avait restreint les déplacements à l'extérieur de la province, après avoir pris le pouvoir.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario avait incité l’ancien gouvernement libéral à demander le statut de membre à part entière, mais l’organisme doit maintenant ajuster ses attentes avec les progressistes-conservateurs.

On veut maintenir le statut d’observateur. Le gouvernement n’a pas encore pris position à cet effet-là et j’espère qu’il va maintenir cette position-là, parce que c’est important, affirme M. Jolin.

Quoi qu’il arrive, le président de l’AFO espère pouvoir profiter du Sommet pour tisser des liens économiques avec d’autres pays participants, en plus de discuter avec d’autres délégués francophones vivant en situation minoritaire.

Quatre personnes coupent un ruban vertDe gauche à droite : Carol Jolin, président de l’AFO; Elizabeth Dowdeswell, lieutenante-gouverneure de l’Ontario; Caroline Mulroney, ministre déléguée aux Affaires francophones; Amanda Simard, adjointe parlementaire à la ministre déléguée aux Affaires francophones Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

Toronto

Politique provinciale