•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brian Pallister a pris son caucus de court en abandonnant la taxe carbone

Un homme en costume bleu rayé.

Le premier ministre manitobain, Brian Pallister, a saisi les membres de son propre caucus en annonçant le retrait de la taxe carbone de son plan vert, le 3 octobre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le choix de Brian Pallister d'abandonner la taxe carbone est survenu alors que le premier ministre manitobain se sentait manipulé par Ottawa et a surpris les membres de son propre gouvernement, selon des informations obtenues par la Presse canadienne.

La décision de M. Pallister fait suite à la visite du premier ministre fédéral, Justin Trudeau, au Manitoba le mois dernier, où celui-ci avait demandé à M. Pallister d’encourager « d’autres porte-étendard conservateurs du pays à reconnaître que tous les Canadiens sont en droit d’espérer un plan de lutte contre les changements climatiques ».

« L’accessoire » d’Ottawa

Le premier ministre manitobain s’est alors senti manipulé par Ottawa et a mijoté la réponse qu’il a servie le 3 octobre. « Je ne crois pas que quiconque aime être un accessoire, moi non plus », a-t-il laissé tomber au lendemain de l’annonce.

Brian Pallister soutient ne pas avoir été en contact avec Doug Ford ou Scott Moe, les premiers ministres de l’Ontario et de la Saskatchewan, dans les deux semaines qui ont précédé le retrait de la taxe carbone.

Il aurait confié ses intentions à quelques proches, mais la plupart des membres du caucus conservateur auraient appris la nouvelle juste avant que le premier ministre manitobain se lève en chambre pour annoncer qu’il enlevait la taxe sur le carbone du plan provincial de lutte aux changements climatiques, selon les informations selon certaines sources.

Avec les informations de La Presse canadienne

Manitoba

Politique provinciale