•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation contre le racisme et le gouvernement élu de la CAQ à Montréal

Des manifestantes qui tiennent une banderole.
Des centaines de personnes se sont retrouvées place Émilie-Gamelin pour protester contre la politique que tente d'imposer la CAQ. Photo: Radio-Canada / Fanny Bussières McNicoll's
Radio-Canada

Une manifestation s'est déroulée dimanche après-midi à Montréal pour dénoncer le racisme et le nouveau gouvernement élu de François Legault. Près de 3000 personnes y ont participé, selon une agente du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Les organisateurs sont d'avis que la prise du pouvoir par un gouvernement caquiste représente un danger pour la société québécoise.

Ils déplorent la montée d'un discours xénophobe dans l'espace public, et revendiquent un Québec solidaire et inclusif.

Safa Chebbi, l'une des porte-parole de l'événement, explique que plusieurs propositions de la CAQ, telles que l'abaissement du seuil d'immigration, le test des valeurs ou encore l'expulsion des personnes qui échouent au test de français, ont induit une peur non négligeable chez les personnes immigrantes.

Des manifestants dont l'un tient une pancarte sur laquelle on peut lire « Non à l'exclusion. Rien n'est vrai qui force à exclure. Albert Camus ».Les manifestants déplorent la montée d'un discours xénophobe dans l'espace public. Photo : Radio-Canada / Fanny Bussières McNicoll

Les organisateurs soulignent que les femmes portant le hijab ont encore une fois été une cible de choix, en proposant des politiques qui leur interdiraient de travailler en tant qu'éducatrices notamment.

« On est en train de dépersonnaliser une certaine catégorie de personnes qui sont autant Québécois que M. Legault », a affirmé Safa Chebbi.

« Je pense que c'est l'État et non les gens qui doit être laïc », a dit une femme venue manifester.

« On ne pense pas à ce qu'il y a sur la tête [des gens], mais à ce qu'il y a dans la tête », a ajouté un autre manifestant.

On entend de plus en plus de propos populistes et opportunistes qui renforcent les clivages. Ces propos font des immigrés des boucs émissaires.

Safa Chebbi, porte-parole de l'événement

Cela dit, Mme Chebbi reste optimiste et croit que la majorité de ses concitoyens ne sont pas racistes.

« Ces élections ne représentent pas l'opinion politique des Québécois. Il ne faut pas oublier que seulement un Québécois sur quatre a voté pour la CAQ », dit Safa Chebbi.

Une soixantaine de groupes ont participé à la manifestation, qui a débuté à 15 h 30, à la place Émilie-Gamelin.

Parmi eux, Solidarité sans frontières, le Centre des travailleurs immigrants, Voix juives indépendantes ou encore Alternatives.

Le premier ministre désigné, François Legault, a nié tout soupçon de racisme à l'endroit de son parti, dimanche. Manon Massé a pour sa part réfuté l'idée que M. Legault et son parti soient racistes, estimant plutôt qu'ils divisent les Québécois.

Avec des informations de Fannie Bussières McNicoll et Michel Marsolais

Avec les informations de La Presse canadienne

Grand Montréal

Politique provinciale