•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les souverainistes devront surmonter « la peur », selon Martine Ouellet

Martine Ouellet

Martine Ouellet

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après s'être entredéchirés sur la scène provinciale et fédérale, les indépendantistes ont besoin « de changer de culture », croit Martine Ouellet. Elle propose, avec ses collègues du Mouvement Québec indépendant, d'ouvrir le dialogue et de surmonter « la peur ».

Un texte de David Rémillard

Formé il y a à peine quelques semaines, le Mouvement Québec indépendant (MQI) convie tous les indépendantistes à un « état des lieux », lors d’une conférence qui se tiendra à Montréal à la fin octobre. Solidaires, péquistes, bloquistes et souverainistes orphelins sont les bienvenus à ce rendez-vous, dont la date et le lieu restent à déterminer.

Après avoir été poussée vers la sortie comme chef du Bloc québécois, Martine Ouellet a décidé de poursuivre sa lutte pour l’indépendance à l’extérieur des partis politiques.

Pour elle, le but du MQI sera « beaucoup plus large [et] différent. L’objectif est de pouvoir porter un message, de porter une voix, avec tous ceux qui auront le goût de contribuer ».

Celle qui fut taxée de ne pas être suffisamment rassembleuse lorsqu’elle était à la tête du Bloc québécois veut maintenant galvaniser les forces souverainistes. Mais non sans d’abord faire un examen de conscience.

« Il y a une culture à changer dans le mouvement indépendantiste », a-t-elle dit en entrevue à Radio-Canada.

Mme Ouellet a qualifié de « mauvais calcul » le fait de vouloir repousser la souveraineté, comme l'a fait Jean-François Lisée avec le Parti québécois (PQ) lors de la dernière élection.

Il faut se sortir de la peur et de tous les prérequis et de penser qu’on n’est pas prêts, qu’on n’est pas capables. [...] On a toutes les expertises. Tout ce qui nous manque, c’est la volonté.

Martine Ouellet

Nathaly Dufour, qui était conseillère politique de Martine Ouellet au provincial, est cofondatrice du MQI et sera des conférenciers qui prendront la parole à la fin octobre. Elle est, elle aussi, bien placée pour savoir qu’il y a eu des luttes intestines au sein des forces indépendantistes ces derniers temps.

Mme Dufour souhaitait devenir la candidate du PQ dans Jean-Lesage en vue des élections du 1er octobre. Le parti ne l’a pas appuyée, lui préférant Claire Vignola, qui a terminé quatrième et vu le solidaire Sol Zanetti triompher.

Nathaly Dufour en entrevue à Radio-Canada.

Nathaly Dufour renonce à l'investiture du Parti québécois dans Jean Lesage.

Photo : Radio-Canada

Sa proximité avec Mme Ouellet, candidate défaite à la chefferie du PQ en 2016, semble en avoir été la cause, estime-t-elle.

Mme Dufour n’est pas amère, a-t-elle assuré. Mais comme Martine Ouellet, elle croit qu’il est grand temps de rouvrir les canaux de communication.

« Je pense qu’il va y avoir un besoin de rassemblement. Il y a une fragmentation, c’est vrai. Et là, on vient de sortir des élections. Oui, il y a des gens qui ne se parlent pas et qui ne veulent pas se parler, mais il y a des gens qui vont devoir se parler éventuellement », a-t-elle affirmé.

Solidaires et péquistes sont notamment divisés, surtout après certaines attaques de Jean-François Lisée, qui a abandonné son poste de chef du PQ lors de la soirée électorale.

S’assumer

S’il se dit ouvert à tous, le MQI pourrait toutefois ne pas convenir aux indépendantistes qui ne montrent pas d’empressement à accéder à l’indépendance, a poursuivi Nathaly Dufour.

Moi, ça me fait rire, le mot "indépendantiste pressé", parce que… ça fait un bout qu’on attend!

Nathaly Dufour, cofondatrice du MQI

« Pour nous, l’indépendance, c’est l’aboutissement, c’est la chose qu’on veut faire rapidement. Alors, c’est sûr que s’il y a des gens qui sont moins pressés, entre guillemets, ils n’y trouveront peut-être pas leur compte », a-t-elle exposé.

Elle invite malgré tout ces personnes à se manifester, ne serait-ce que pour échanger et, qui sait, finir par se comprendre.

Le mouvement veut aussi promouvoir la notion de transparlementarisme, qui consiste à « sortir du cadre » imposé par la Constitution canadienne, qui sépare les pouvoirs entre le fédéral et les provinces. Le MQI veut agir à tous les ordres de gouvernement, tant au municipal, provincial que fédéral.

Mme Dufour l’assimile à un « mouvement populaire » inspiré du modèle catalan, entre autres.

Le MQI publiera la première édition de son magazine sous peu, mais demeure discret sur l'identité des auteurs qui signeront les articles. Certaines figures seraient relativement connues du public, dit-on.

Le magazine sera grand public, de style « populaire », et traitera de différents enjeux de l'actualité, mais toujours sous la loupe indépendantiste.

Ouverture prudente

Les formations politiques sont demeurées prudentes au sujet de la nébuleuse qu’est le MQI. Toutes ont montré une ouverture envers l’initiative, mais se sont gardées de commenter en substance.

Sol Zanetti

Le chef d'Option nationale, Sol Zanetti

Photo : Radio-Canada

« Québec solidaire est toujours heureux quand la société civile se met en mouvement derrière l’indépendance », ont réagi les solidaires dans une déclaration laconique signée par le député de Jean-Lesage et ancien chef d'Option nationale, Sol Zanetti.

Réaction similaire au Bloc québécois : « C’est une bonne chose que les indépendantistes militent dans des organismes de la société civile pour faire la promotion de notre option », a dit un porte-parole.

Au PQ, un représentant a affirmé que l’appui aux mouvements de la société civile prônant l’indépendance était « dans la philosophie » du parti. Mais on soulignait du même souffle que l’heure était surtout à panser les blessures à l’interne, après n’avoir fait élire que neuf députés à l’Assemblée nationale.

Avec la collaboration de Marie-Laurence Delainey.

Politique provinciale

Politique