•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pape ordonne une enquête sur l'ancien cardinal américain Theodore McCarrick

Le pape ordonne une enquête sur l'ancien cardinal américain Theodore McCarrick.
L'ancien cardinal Theodore McCarrick lors d'un service religieux en 2015. Photo: The Associated Press / Robert Franklin

Le pape François a autorisé « une étude approfondie » des archives du Vatican pour comprendre comment un éminent cardinal américain a pu progresser dans la hiérarchie de l'Église, malgré des allégations selon lesquelles il aurait eu des relations sexuelles avec des séminaristes et de jeunes prêtres, a annoncé le Vatican, samedi, en guise de premier geste pour répondre aux accusations de dissimulation.

Il s'agit de la première réponse donnée par le pape au « j'accuse » incendiaire d'un prélat italien retraité. Cet ex-ambassadeur du Vatican à Washington, l'archevêque Carlo Maria Vigano, 77 ans, a accusé dans une lettre le pape d'avoir sciemment ignoré durant cinq années des signalements sur les agissements du cardinal Theodore McCarrick, présenté comme un prédateur sexuel notoire jetant son dévolu sur des jeunes séminaristes et prêtres.

Ce réquisitoire virulent, se prévalant de preuves écrites et appelant le pape à démissionner, avait été lancé fin août en plein milieu d'un voyage de François en Irlande, pays meurtri par les abus passés de l'Église catholique.

Le Vatican dit être conscient qu'une telle enquête pourrait révéler des preuves que des erreurs ont été commises, lorsqu'elles sont évaluées selon l'éthique actuelle, mais on assure que le pape François veut « suivre le chemin de la vérité, où qu'il mène ».

La déclaration du Vatican ne traitait pas des allégations précises selon lesquelles le pape François aurait lui-même été informé des inconduites sexuelles reprochées au cardinal Theodore McCarrick, en 2013, soit avant de le réhabiliter des sanctions imposées par son prédécesseur le pape Benoît XVI.

François 1er a fait savoir qu'il ne dirait pas un mot au sujet de ces allégations formulées par un nonce à la retraite.

L'enquête annoncée samedi ne mentionne que l'étude de documents. Or, le scandale autour de Theodore McCarrick impliquerait des communications privées et verbales qui pourraient ne pas avoir laissé de traces écrites.

« Les abus et leur dissimulation ne peuvent plus être tolérés et un traitement différent pour les évêques qui ont commis des abus ou les ont dissimulés représente en fait une forme de cléricalisme qui n'est plus acceptable », précise le communiqué.

Dès 2000, le Vatican a été informé des plaintes des séminaristes dénonçant que Theodore McCarrick les forçait à dormir avec lui.

Le révérend Boniface Ramsay, professeur dans un séminaire du New Jersey, a écrit une lettre au Vatican à ce sujet en novembre 2000 au moment où M. McCarrick a été nommé archevêque de Washington.

Il a tout de même été nommé cardinal l'année suivante. Ce n'est qu'en juillet dernier que Theodore McCarrick a remis sa démission comme cardinal après qu'une enquête eut déterminé qu'il est crédible de croire qu'il aurait commis des attouchements sur un servant de messe dans les années 1970.

L'annonce d'une enquête au coeur du Vatican laisse pour l'instant en suspens les allégations très détaillées de Mgr Vigano contre François.

Elles mettent aussi en cause le pape émérite Benoit XVI et son prédécesseur Jean Paul II, qui créa Mgr McCarrick cardinal en 2001, après des premières alertes le concernant.

Mgr Vigano affirme que Benoît XVI avait imposé de discrètes sanctions au cardinal vers 2009-2010, avant le pontificat de François. Mais des photos montrent l'Américain rendant visite à Benoît XVI, juste après sa présumée disgrâce.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Inconduite sexuelle

International