•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'automne et ses secrets

Des arbres colorés en raison de la saison automnale.
Certains aspects de la coloration des feuilles à l'automne sont encore un mystère pour les experts. Photo: iStock
Radio-Canada

L'automne est déjà bien installé dans l'Est-du-Québec. Pour le prouver, les arbres de la région ont revêtu leurs plus beaux habits jaunes, orange et rouges. Ce phénomène naturel attire chaque année des touristes de partout dans le monde, mais savons-nous vraiment ce qui explique ce changement de couleur?

Un texte de Catherine Poisson

La coloration des feuilles se prépare plusieurs semaines d'avance, souligne le professeur au Département de biologie, chimie et géographie de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR), Luc Sirois.

D'abord, la photopériode, la durée du jour, diminue. Avec ça vient la formation d'une zone de liège au point d'attache entre la feuille et la tige, qui devient progressivement de plus en plus étanche pour empêcher les flux de sève de passer, précise-t-il.

Enfin, le temps se refroidit et ralentit la production de la chlorophylle, la substance responsable de la couleur verte des feuilles. C'est à ce moment que le paysage commence à changer.

La substance jaune, elle est déjà dans la feuille toute la saison, mais elle est masquée par le vert de la chlorophylle. Plus la chlorophylle se dégrade, plus le jaune apparaît, explique M. Sirois.

Le rouge, ce mystère

Après le jaune arrive le rouge, la couleur la plus attendue en automne. Si les experts n'ont aucun problème à expliquer comment cette couleur rouge apparaît sur les feuilles, le pourquoi de cette coloration reste un mystère.

Vers la fin de la saison, alors même que la feuille commence à dépérir, on observe une accumulation au sein des feuilles du pigment rouge de la famille des anthocyanes, précise M. Sirois.

Qu'il y ait une surproduction de pigment rouge en fin de saison, sur le plan évolutif, c'est plus étrange à comprendre. C'est la partie la plus mystérieuse de la coloration des feuilles.

Luc Sirois, professeur au Département de biologie, chimie et géographie et co-titulaire de la Chaire de recherche sur la forêt habitée à l'UQAR

Puisque c'est un phénomène si répandu à travers les espèces et les régions du monde, il faut que ça procure un avantage évolutif, ajoute le professeur.

Des feuilles aux couleurs oranges sur une branche d'arbreLa couleur rouge arrive toujours vers la fin de la saison. Photo : iStock

Les biologistes ont plusieurs hypothèses relativement à cet avantage évolutif, mais pour l'instant, aucune n'est concluante, selon M. Sirois.

Peut-être que cette couleur rouge apparaît pour protéger les végétaux de la dégradation associée aux températures plus froides. Peut-être que c'est une protection contre les insectes phytophages qui mangent du feuillage. Peut-être aussi que ce pigment contribue à la résorption des nutriments qui se trouvent dans les feuilles pour que l'arbre les conserve en réserve et que le cycle soit prêt à recommencer au printemps, avance-t-il.

Quelle espèce offre les plus belles couleurs automnales?

L'érable rouge porte bien son nom, c'est notre plus coloré. Il offre certainement un beau rouge clair, rouge cerise, alors que le cerisier de Pennsylvanie, que certains appellent merisier, acquiert lui un beau rouge vin.

Quelle région offre les plus belles couleurs automnales?

Ma réponse va peut-être vous surprendre : les marais de L'Isle-Verte. C'est là que la palette de couleurs est la plus diversifiée. Il y a des plantes qui virent au rouge, au jaune, il y a du vert foncé qui persiste longtemps... j'ai un faible pour ça, admet M. Sirois.

Mais en termes de région, j'ai un coup de coeur pour la Gaspésie et ses montagnes. C'est là que ça se passe pour moi.

Peut-on prédire l'arrivée des couleurs d'automne?

Sans surprise, les régions où le temps se refroidit plus tôt qu'ailleurs verront également les couleurs d'automne apparaître plus tôt.

Les températures qui chutent plus vite vont accélérer la coloration. Je soupçonne aussi que des étés secs peuvent accélérer le phénomène, souligne le professeur.

L'âge d'un arbre, son état de santé, le degré d'ensoleillement et l'endroit où il se situe sont tous des facteurs qui peuvent également influencer la coloration des feuilles, créant parfois des contrastes importants au sein d'une même région, voire d'un même arbre.

Le Pic du Brûlé est couvert d'arbres aux feuilles jaunes et orange.Le Parc national de la Gaspésie est l'un des premiers endroits de l'Est-du-Québec à voir les feuilles changer de couleur. Photo : Patrick Gauthier

Malgré ces connaissances, il est encore difficile de prédire exactement à quel moment les couleurs d'automne feront leur arrivée, d'après M. Sirois. Difficile, mais pas impossible.

Je ne pense pas qu'on en est là, mais c'est techniquement faisable. Maintenant, avec l'imagerie satellitaire, on pourrait s'entendre sur un seuil de couleur précis et enregistrer son apparition année après année en comparant ces informations-là sur une longue période de temps. Rétrospectivement, on serait capable d'examiner comment le climat a pu influencer la variation des dates d'occurrence de la couleur recherchée, avance-t-il.

D'ici là, il faudra accepter que Dame Nature garde jalousement ses secrets de beauté automnale.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Nature et animaux