•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un parc commémoratif pour les victimes canadiennes du conflit en Afghanistan

Le site du futur parc commémoratif en construction.

Le parc commémoratif pour les militaires et civils canadiens morts en Afghanistan sera situé le long de la route 132 à Rivière-à-Claude.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un parc commémoratif pour les militaires et civils canadiens morts en Afghanistan sera érigé à Rivière-à-Claude dans la MRC de la Haute-Gaspésie. Le projet est important pour la petite communauté d'une centaine d'habitants.

Le projet du Parc de la paix, estimé à 150 000 $, verra le jour le long de la route 132.

Il comprendra entre autres une plaque commémorative avec les noms de 162 militaires et civils, tous morts en Afghanistan. On y trouvera deux noms gaspésiens : celui de Karine Blais des Méchins et de Grégory Kruse de Gaspé.

Des monuments se retrouveront aussi sur le site. Le principal sera un véhicule blindé de transport de troupes qui a servi durant le conflit que les habitués nomment LAV III.

Un LAV III, véhicule blindé, a élu domicile domicile au musée Nose Creek Valley.

Un LAV III, véhicule blindé, a élu domicile domicile au musée Nose Creek Valley.

Photo : Airdrie Legion

D’ailleurs, 23 de ces véhicules seront exposés partout au pays. Celui de Rivière-à-Claude sera le seul au Québec.

Pour le vétéran Jacques Bouchard, il est important de se souvenir de ceux qui ont fait le sacrifice ultime pour le pays.

Le devoir de mémoire est un devoir qui s’impose. Malheureusement, les nouvelles générations, même les citoyens de mon âge, ne sont à peu près pas informés des situations dans lesquelles le Canada a été impliqué.

Jacques Bouchard, vétéran et responsable du projet
Des élus locaux et des vétérans ont tenu une conférence de presse vendredi.

Des élus locaux et des vétérans ont tenu une conférence de presse vendredi.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschenes

Si le projet se retrouve dans une petite municipalité de 110 âmes, c’est parce que les conflits armés ont une signification personnelle pour certains porteurs de projet, dont le maire Réjean Normand.

Mon fils a fait six missions à l’heure actuelle [...] On ne sait pas trop ce qu’il a pu vivre, mais on sait qu’il a vécu des moments difficiles , confie-t-il.

C’est aussi le cas du préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, dont le père a participé à la Deuxième Guerre mondiale dont le débarquement de Normandie. Tout ce qui touche les conflits militaires et autres me rappelle le souvenir de mon père et me rappelle aussi les sacrifices de tous les Canadiens qui ont donné leur vie , explique-t-il.

Le site sera ouvert au public dès l’automne 2019.

D’après les informations de Jean-François Deschênes

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Société