•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

DSFM : les candidats de la région Est dévoilent leur stratégie

Un autobus scolaire dans un paysage d'automne.
Yolande Dupuis, Adrien Grenier, Paul La Rocque et Dave Vielfaure se disputeront les trois sièges disponibles pour la région Est. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Dans moins de trois semaines, les électeurs de la région Est auront à décider qui seront leurs représentants à la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM). Ayant un immense territoire à couvrir, les quatre candidats aux deux postes de commissaires, Yolande Dupuis, Adrien Grenier, Paul La Rocque et Dave Vielfaure, tentent de rejoindre les électeurs de toutes les manières possibles.

Un texte de Denis-Michel Thibeault

Porte-à-porte, soupers paroissiaux, pancartes électorales : tous les moyens traditionnels sont bons pour atteindre les électeurs. Cependant, un moyen plus moderne semble faire presque l’unanimité : l’utilisation des médias sociaux.

« Cette fois-ci, c’est surtout par les médias sociaux », affirme Yolande Dupuis. La commissaire sortante siège à la commission scolaire sans discontinuer depuis 1995.

Celle qui, de tous les candidats, détient le plus d’expérience, utilise des moyens modernes pour parler aux électeurs. « J'ai un compte Facebook depuis quelques années et ça me permet de parler à plusieurs personnes », affirme-t-elle.

L’un de ses opposants, Dave Vielfaure, déploie aussi beaucoup d’efforts sur Facebook et Instagram. « C’est comme ça que je parle aux personnes », explique le candidat de 35 ans.

Dave Vielfaure en gros plan.L'aspirant commissaire Dave Vielfaure présente sa candidature pour la première fois. Photo : Dave Vielfaure

Sur ses pancartes électorales, ses adresses sur ces médias sociaux ont une place prépondérante. Il espère que le public le questionnera sur sa vision pour développer les écoles de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM).

Le défi du territoire

Le plus grand défi de la campagne pour les candidats de cette région, surtout rurale, c'est de rencontrer les 2000 personnes inscrites sur la liste électorale, qui habitent un peu partout sur un territoire qui va de Saint-Georges, au nord, à Sainte-Anne ,au sud, et qui comprend aussi Lorette, Île-des-Chênes, La Broquerie et le quartier Saint-Norbert, à Winnipeg.

« Ce n’est pas faisable de rencontrer tous les gens », reconnaît Adrien Grenier, lui aussi un vétéran à la DSFM. Il est le seul candidat qui n’utilise pas les réseaux sociaux pour joindre les électeurs.

J’utilise les ordinateurs sur la ferme, mais c’est pour faire fonctionner des machines. Ce n’est pas pour socialiser avec le monde.

Adrien Grenier

Celui qui siège à la commission scolaire depuis 1998 reconnaît cependant qu’il devient de plus en plus difficile de se passer des médias sociaux. « C’est probablement une des dernières fois que je vais pouvoir faire ça. Le monde change et il faut que je change avec... mais pas cette fois-ci. »

Adrien Grenier, en gros plan. Commissaire sortant, Adrien Grenier souhaite être réélu commissaire pour la région est à la Division scolaire franco-manitobaine. Photo : Adrien Grenier

« Il faudrait que quelqu’un me montre comment ça marche », explique Adrien Grenier.

« Je ne suis pas très tech savy. Je vois qu’en ville ils ont des sites Internet et des choses comme ça. Moi, je viens juste d’avoir un téléphone qui marche », dit-il à la blague.

Faire campagne intelligemment

Paul La Rocque pousse l’utilisation d’Internet et de la technologie à un autre niveau. Il souhaite joindre technologie et porte-à-porte.

L’ingénieur électrique d’Île-des-Chênes utilise Facebook, mais surtout des logiciels de positionnement géographique.

Paul La Rocque en gros plan. Il porte un habit, des fleurs à la boutonnière et il sourit. L'aspirant commissaire Paul La Rocque présente sa candidature à la commission scolaire pour la première fois. Photo : Paul La Rocque

« Je peux trouver l’emplacement géographique des 2000 électeurs sur une carte », affirme celui qui en est à sa première tentative aux élections scolaires.

« Avec ça, je vais trouver les endroits stratégiques où il y a une bonne densité d’électeurs », explique-t-il.

Plutôt que de frapper à toutes les portes, je vais avoir un plan d’attaque avant d’entrer dans mon auto pour aller parler au monde.

Paul La Rocque

Le bouche-à-oreille

Adrien Grenier ne s’inquiète pas de ceux qui utilisent les médias sociaux. Il mise plutôt sur les réalisations du passé et sa crédibilité pour convaincre les électeurs de son savoir-faire.

« Ça fait 20 ans que je siège à des comités scolaires. Les gens me connaissent et j’espère que ça vaut quelque chose », explique-t-il.

Vote par anticipation pour la région est : le jeudi 18 octobre, de 8 h à 20 h, au bureau divisionnaire, à Lorette.

Le 24 octobre, les électeurs pourront voter dans l'école, figurant dans la liste suivante, la plus proche de chez eux :

  • À Île-des-Chênes : École/Collège régional Gabrielle-Roy, au 310 A, chemin Lamoureux
  • À Lorette : École Lagimodière, au 361, rue Senez
  • À Saint-Norbert : École Noël-Ritchot, au 45, avenue de la Digue
  • À Sainte-Anne : École Pointe-des-Chênes, au 90, chemin Arena
  • À Saint-Georges : École communautaire Saint-Georges, au 14, baie Caron
  • À La Broquerie : École Saint-Joachim, au 29, baie Normandeau

Yolande Dupuis dit qu’elle aime toujours parler aux électeurs de vive voix.

Une femme souriante avec des lunettes. Yolande Dupuis Photo : Radio-Canada / Barbara Gorrand

Lors des élections antérieures, les candidats avaient accès aux numéros de téléphone des électeurs, mais pour des raisons de vie privée, la DSFM a décidé cette année de garder ces numéros secrets, explique-t-elle. La candidate perd ainsi un outil.

« C’était un moyen que j’avais bien apprécié la dernière fois », affirme-t-elle.

Elle tente cependant de s’adapter. « J’envoie aussi des courriels aux gens, parce que ce n’est pas tout le monde qui a Facebook », ajoute Yolande Dupuis.

Qu'est-ce qui motive les candidats commissaires? Quelles seraient leurs priorités? Au cours des prochains jours, ICI Manitoba vous présentera des portraits des candidats des régions est et urbaine.

Manitoba

Francophonie