•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le poste de conseiller scolaire francophone génère un certain engouement, selon des candidats

Sur cette affiche de CSEO, on peut lire « Votez pour votre conseillère ou votre conseiller scolaire »

La Corporation des services en éducation de l'Ontario encourage les électeurs à voter lors du scrutin le 22 octobre.

Photo : Corporation des services en éducation de l'Ontario

Radio-Canada

Le rôle de conseiller scolaire gagne en popularité en 2018, grâce à la candidature de plusieurs personnes qui veulent s'engager et rajeunir l'image des conseillers au sein du processus décisionnel. Ces gens sont notamment les candidats qui ont formé le groupe « Rêvons en grand ».

Rêvons en grand a été créé par cinq parents qui ont décidé de se présenter comme conseiller scolaire en raison de leur mécontentement à l'endroit du Conseil scolaire Viamonde. Leurs enfants fréquentent les écoles du conseil.

Ces parents se donnent pour mandat de rajeunir et de revigorer le conseil scolaire de l'intérieur.

Ils se présentent tous pour la première fois dans différents secteurs du sud de l'Ontario.

Pascale Thibodeau est une jeune mère de famille candidate dans le comté de Middlesex et Waterloo. Elle fait partie du groupe Rêvons en grand.

Une pancarte de campagne électorale. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pascale Thibodeau est une jeune mère de famille qui a décidé de se présenter elle-même en tant que conseillère scolaire, car elle dit vouloir changer les choses de l'intérieur.

Photo : Pascale Thibodeau

C'est incroyable qu'autant de parents se présentent pour la première fois, c'est un sacrifice que l'on fait, mais cela aide la communauté au complet

Pascale Thibodeau, candidate au poste de conseillère scolaire

Selon elle, le conseil scolaire Viamonde résiste au changement et au progrès, et cela nuit aux élèves; c'est pourquoi elle veut que la voix des parents soit entendue au sein même de l'organisation.

Nous avons trouvé qu'il y a eu énormément de manque de transparence de la part de Viamonde envers nous, dit-elle, tandis que nous, les parents, sommes les gens qu'ils sont censés desservir, ajoute Mme Thibodeau.

Sophie Vayro est une mère de famille dont la fille fréquente une école de Viamonde à Toronto. Selon elle, les services offerts à l'école de sa fille ne sont pas d'aussi bonne qualité que ceux offerts à l'école anglophone du même quartier.

Pour Mme Vayro, il est important d'envoyer son enfant à l'école française. Elle se dit déçue cependant de ce qu'elle qualifie de manque de transparence et de communication de la part de Viamonde.

Je soutiens le groupe Rêvons en grand, car je crois que ces jeunes parents engagés changeront quelque chose au sein du conseil, dit-elle.

C'est une bonne chose que de jeunes parents pour qui il est important d'envoyer les enfants à l'école française sans toutefois compromettre la qualité de l'enseignement reçu se présentent au conseil.

Sophie Vayro, mère de famille

D'autres candidats se prononcent

Bernard Tremblay se présente comme conseiller scolaire pour la première fois à Chatham-Kent dans l'espoir de siéger au Conseil scolaire catholique Providence.

Cette année, il dit avoir remarqué que de jeunes candidats se présentent pour la première fois et font campagne contre les conseillers de longue date.

Par exemple, dans le Sud-Ouest de l'Ontario, neuf candidats sont de nouveaux venus, phénomène que l'on n'avait pas observé depuis longtemps, selon M. Tremblay.

Le poste de conseiller scolaire se gagne généralement sans opposition depuis plusieurs années dans le sud de l'Ontario, de Toronto à Windsor, dit le candidat.

Les nouveaux candidats amènent un vent de renouveau : ils sont conscients de la réalité des jeunes et des difficultés que ceux-ci traversent.

Bernard Tremblay, candidat au poste de conseiller scolaire pour le Conseil scolaire catholique Providence à Chatham-Kent

M. Tremblay souligne qu’à un certain moment, quand les gens sont en poste pendant trop longtemps, ils finissent par être confortables et ne pensent plus à innover.

Un homme sourit. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pierre Lambert siège en tant que conseiller scolaire à Sarnia et Chatham-Kent depuis 20 ans.

Photo : Conseil scolaire Viamonde

Pour sa part, Pierre Lambert est conseiller scolaire pour Viamonde depuis 20 ans et dit toujours avoir eu à coeur le développement des élèves de Sarnia, sa région.

Il n’est pas nécessaire pour lui d’être un nouveau candidat pour se soucier du progrès de son conseil scolaire et être près de la réalité des enfants.

J’adore mon conseil, les résultats qu’on obtient, notre mandat et notre vision. Et nous avons des systèmes à la fine pointe de la technologie.

Pierre Lambert, conseiller scolaire sortant à Viamonde et candidat

La directrice des communications de Viamonde, Claire Francoeur, souligne que le conseil ne peut se prononcer sur cet enjeu, car sa politique sur la neutralité l'oblige à s'abstenir de commenter les programmes politiques des candidats.

L’élection des conseillers scolaires aura lieu le 22 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Éducation