•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taxe carbone : front commun des conservateurs albertains et ontariens

Jason Kenney et Doug Ford, souriants, sont photographiés côte à côte à côte au-dessus du slogan du rassemblement.
Affiche publicitaire d'un rassemblement auquel prendront part le premier ministre ontarien, Doug Ford et et le chef du Parti conservateur uni de l'Alberta, Jason Kenney avec le slogan : « Éliminez la taxe carbone ». Photo: unitedconservative.ca/
Radio-Canada

Le mouvement de résistance à la taxe carbone prend de l'ampleur au pays. Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, et le chef de l'opposition officielle albertaine, Jason Kenney, profitent de cette vague pour organiser, vendredi soir, un rassemblement à Calgary contre ce plan de tarification fédéral.

Un texte de Charlotte Dumoulin

Le « Rassemblement pour abolir la taxe carbone » aura lieu à 19 h au centre BMO du Centre-Ville de la métropole albertaine. Des discours du chef du Parti conservateur uni et du premier ministre conservateur ontarien sont prévus pendant la soirée.

Avant le 3 octobre, seuls les gouvernements de la Saskatchewan, de l’Ontario, de l’Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick se disaient opposés au plan fédéral de tarification de la pollution par le carbone. Le Manitoba a, depuis, ajouté sa voix à ce mouvement.

Divers moyens

Jason Kenney, lui, a déjà promis qu’il abolirait cette taxe s’il gagne les élections provinciales au printemps prochain. La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, a pour sa part annoncé qu’elle ne soutiendrait plus Ottawa tant que les travaux de construction du pipeline Trans Mountain ne commenceront pas.

De leur côté, la Saskatchewan et l'Ontario demanderont aux tribunaux de trancher dans ce dossier.

Ottawa montre les dents

Nous préférons travailler avec eux, mais s’ils ne veulent pas mettre un prix sur la pollution. Nous allons le faire au niveau fédéral à travers le pays. [...] J’espère que les conservateurs à travers le pays vont comprendre qu’on ne peut plus débattre de [l'existence] des changements climatiques.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Selon Frédéric Boily, professeur en Sciences politiques à l’Université de l’Alberta, Ottawa devrait effectivement « envisager l’idée de passer par-dessus les provinces pour s’adresser directement aux électeurs ».

M. Trudeau est en train de perdre le [programme] politique autour de cette question-là.

Frédéric Boily, politologue

Le professeur n’est toutefois pas convaincu que les opposants à la taxe carbone réussiront à faire valoir leur point devant les tribunaux parce que, selon lui, ce dossier est dans les champs de compétence du gouvernement fédéral.

La scène politique albertaine réagit

Jeudi, à la veille du rassemblement, le ministre des Finances néo-démocrate a précisé que les gaz à effet de serre ont un coût et rappelé que la province a un plan responsable, selon lui, afin de réduire ces émissions. Pour le ministre, ce rassemblement vendredi prouve qu'il y a une méconnaissance des conséquences des émissions de carbone.

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, estime, quant à lui, que Jason Kenney exploite ce filon dans le but de faire des gains politiques en vue des élections albertaines de 2019.

Alberta

Politique provinciale