•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chef du SPVQ ne veut pas de cannabis dans ses rangs

Robert Pigeon répond aux questions des journalistes lors d’une mêlée de presse à l’hôtel de ville de Québec.

Le chef du SPVQ, Robert Pigeon

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le chef du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), Robert Pigeon, demande à ses agents de s'engager moralement à ne jamais consommer de cannabis, même en dehors de leur quart de travail, afin qu'ils conservent « leurs capacités de jugement » en tout temps.

Un texte de Louis Gagné

« Le premier outil de travail d'un policier, c'est son jugement, c'est sa capacité de prendre des décisions dans des environnements, des contextes très ambigus, donc j'ai besoin de policiers qui sont en santé et c'est dans ce contexte-là que je souhaite qu'aucun d'entre eux ne puisse consommer de cannabis [...] y compris à la maison », a affirmé le chef du SPVQ, vendredi, lors d’une mêlée de presse.

Un journaliste lui a fait remarquer qu’on ne demandait pas aux policiers de s’abstenir de consommer de l’alcool lorsqu’ils ne sont pas en service, et ce, même si cette substance peut également altérer le jugement.

Invité à commenter cette observation, Robert Pigeon a expliqué que les effets du cannabis sur l’organisme, en particulier le jugement, n’étaient pas aussi bien connus que ceux de l’alcool.

« Le cannabis […] avant, ça se passait dans l'illégalité. Donc, les outils de mesure, les recherches à cet effet-là ne sont pas si précises que ça », a-t-il soutenu.

Je veux des policiers qui sont sécuritaires pour eux, pour leurs collègues, pour la population. Je veux des policiers qui sont en santé.

Robert Pigeon, chef du SPVQ

« Question de valeurs »

Robert Pigeon reconnaît que ses policiers auront le droit, à partir du 17 octobre, de consommer du cannabis en toute légalité s’ils ne sont pas en uniforme, au même titre que n’importe quel autre citoyen.

C’est la raison pour laquelle il leur demande de prendre un engagement moral. Il y voit « une question de valeurs ».

Le chef n’a pas l’intention d’exiger de promesse écrite à ses membres. Il assure qu’un policier qui serait « pris en défaut » ne ferait face à aucune sanction disciplinaire.

Robert Pigeon a tenu à préciser que la légalisation du cannabis ne constitue pas une erreur selon lui.

« Pas du tout. Je respecte les pouvoirs politiques, je respecte les pouvoirs législatifs », a-t-il insisté.

Avec la collaboration de Jean-François Nadeau

Québec

Société