•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment les candidats en région urbaine font-ils campagne?

Montage photo avec inscrit « Élection scolaire DSFM » avec un fond flouté d'une rue avec un cycliste.
Six candidats sont en campagne électorale pour les postes de commissaires à la Division scolaire franco-manitobaine de la région urbaine. Photo: Radio-Canada

Jean-Michel Beaudry, Jonas Desrosiers, Gérard Massé, Laurent Poliquin, Sylvie Schmitt et Michel Simard sont en lice pour les postes de commissaires de la région urbaine, à la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM). Avec seulement quatre sièges disponibles, les candidats doivent partir à la rencontre des électeurs, chacun avec ses techniques.

Un texte de Julien Sahuquillo

Comment faire campagne sur un territoire aussi vaste que la ville de Winnipeg et les sept écoles françaises qu'on y trouve? Tous les candidats s’accordent à dire que l’une des meilleures solutions pour trouver leur électorat reste le contact humain.

Laurent Poliquin et son équipe appliquent à la lettre cette stratégie. « Il faut rencontrer les francophones là où ils sont et littéralement aller cogner à leur porte », explique-t-il. Il a ainsi imprimé du matériel de communication pour faire connaître ses propositions. « On espère rencontrer au moins le tiers des électeurs dans la région urbaine. Ce n’est pas facile, il faut se déplacer à une centaine de portes par jour. Mais c’est l’objectif et on le fait jour après jour jusqu’au 24 octobre », précise-t-il.

Au premier plan, couverture du recueil de poésie de Laurent Poliquin. En arrière plan, Laurent Poliquin lit un livre aux enfants de sa garderie en milieu familial.Laurent Poliquin présente sa candidature au poste de commissaire de la DSFM pour la région urbaine. Photo : Radio-Canada / Radja Mahamba

Favoriser le contact et les relations, c’est un point de vue que partage Gérard Massé. « J’ai fait 33 ans dans le système d’éducation. Je fais confiance à la chance en me fiant aux gens qui me connaissent », affirme-t-il. Une approche plus informelle qu’il défend en se présentant à un maximum de rencontres scolaires afin de rencontrer les principales personnes concernées.

Portrait de Gérard Massé.Gérard Massé est candidat pour le poste de commissaire à la DSFM. Photo : Gérard Massé

Il préfère cette façon de faire plutôt que le porte-à-porte. « On doit y aller avant qu’il fasse noir. Le moment n’est pas toujours opportun. On a une petite fenêtre entre 16 h et 19 h. On arrive dans un moment où la priorité est à la famille », souligne Gérard Massé.

D’autres font place aux nouvelles technologies. Michel Simard, candidat pour un deuxième mandat, souligne l’importance des médias sociaux. « C’est un outil très pratique en raison de la grandeur du territoire », explique-t-il.

Le commissaire de la Commission scolaire franco-manitobaine, Michel Simard lit un document lors de la réunion du 21 décembre 2016.Michel Simard, ici en rencontre de la commission scolaire, présente à nouveau sa candidature. Photo : Radio-Canada / Rémi Authier

Jean-Michel Beaudry mise également sur la toile. « J’ai une page [Facebook] officielle et j’ai partagé surtout de l’information pour les électeurs. J’ai fait des publications sponsorisées à ces sujets pour essayer de toucher le plus d’électeurs possible. Mon objectif est qu’il y ait le plus de personnes qui votent pour moi, mais surtout que les gens utilisent leur droit de vote », explique-t-il.

Portrait de Jean-Michel Beaudry.Jean-Michel Beaudry se présente aux élections pour les postes de commissaires à la DSFM en région urbaine. Photo : Jean-Michel Beaudry

Pour Sylvie Schmitt, en revanche, rien ne vaut les médias traditionnels pour toucher un large auditoire. « Accorder des entrevues lorsque les gens me contactent, c’est ma première stratégie », souligne-t-elle.

Portrait de Sylvie Schmitt.Sylvie Schmitt favorise l'utilisation des médias pour mener sa campagne électorale pour les élections de la DSFM. Photo : Sylvie Schmitt

Faire campagne, ça prend du temps

Pour tous, le plus dur réside dans le temps que prend une campagne électorale. Certains font alors appel aux amis. « Je gère cela tout seul. J’ai des amis experts en graphisme qui m’ont aidé à préparer des choses », explique Jonas Desrosiers.

Portrait en plan rapproché de Jonas Desrosiers Jonas Desrosiers. Photo : Radio-Canada / Marcel Druwé

Jean-Michel Beaudry préfère avoir recours à ses propres compétences. « J’ai travaillé en communication pendant près de six ans, donc j’ai des connaissances dans le domaine. Cela m’aide beaucoup », affirme-t-il. Il explique également qu’il n’y a que peu de réglementation sur la campagne. Selon lui, un candidat ayant les ressources financières suffisantes pourrait embaucher toute une équipe.

Expliquer les règles du jeu

Outre la méthode de diffusion de leur message, les candidats soulignent la nécessité de rappeler aux électeurs de voter et d’expliquer comment le faire.

Vote par anticipation pour la région urbaine : le vendredi 19 octobre, de 8 h à 20 h, à l’École Précieux-Sang.

Le 24 octobre, les électeurs pourront voter dans l'école figurant dans cette liste la plus proche de chez eux :

  • École Christine-Lespérance, au 425, chemin John Forsyth
  • École Lacerte, au 1101, promenade Autumnwood
  • Centre scolaire Léo-Rémillard, au 1095, chemin St. Anne’s
  • Collège Louis-Riel, au  585, rue Saint-Jean-Baptiste
  • École Précieux-Sang, au 209, rue Kenny
  • École Roméo-Dallaire, au 81, chemin Quail Ridge
  • École Taché, au 744, rue Langevin

« Un des défis avec la DSFM, c’est d’engager les gens à venir voter. Dans le passé, les commissaires ont fait beaucoup d’efforts pour cela et ce n’était pas la même date que les élections civiques. Il faut expliquer aux électeurs qu’ils devront voter pour leurs élections municipales à tel endroit, mais ensuite, il faudra retourner dans les écoles de la DSFM pour voter pour les commissaires », explique Sylvie Schmitt.

Pour Jean-Michel Beaudry, la pédagogie passe également par le fait de vulgariser la fonction. « Tout le monde ne comprend pas vraiment le rôle des commissaires. Alors j’essaie de leur donner plus d’information », explique-t-il.

Qu'est-ce qui motive les candidats commissaires? Quelles seraient leurs priorités? Au cours des prochains jours, ICI Manitoba vous présentera des portraits des candidats des régions Est et urbaine.

Manitoba

Francophonie