•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq films à voir au festival Cinéfranco

Émile Proulx-Cloutier est au volant d'une voiture d'époque stationnée et Debbie Lynch-White est debout à côté dans cette image tirée du film <i>La Bolduc</i>, de François Bouvier.
Émile Proulx-Cloutier et Debbie Lynch-White dans La Bolduc, de François Bouvier Photo: Films Séville / Laurent Guerin
Radio-Canada

Le 21e festival Cinéfranco présente des films francophones du Canada, d'Europe et d'Afrique. Claudia Hébert vous présente cinq suggestions de longs métrages sur les 19 oeuvres à découvrir lors de ce festival international francophone du film.

Un texte de Claudia Hébert

Petit paysan, Hubert Charuel

Pierre, un trentenaire, est un producteur laitier français qui a repris les reines de la ferme familiale.

Mais depuis quelque temps, une épidémie frappe les bovins de la région et quand une bête est infectée, c’est tout le troupeau qui doit être abattu.

Quand une de ses vaches tombe malade, Pierre est prêt à tout pour sauver son cheptel.

Il entraîne sa soeur vétérinaire dans une opération de camouflage.

Ce drame agricole se joue comme un film à suspense.

Petit Paysan est un film à hauteur d’homme, mais nous garde au bord de notre siège.

Le film d’Hubert Charuel a été récompensé à la 43e cérémonie des César du cinéma, en 2018, par trois prix :

  • Meilleur premier film
  • Meilleur acteur pour Swann Arlaud pour le rôle de Pierre
  • Meilleure actrice dans un second rôle pour Sara Giraudeau pour le rôle de Pascale

Au revoir là-haut, Albert Dupontel

Au sortir de la Première Guerre mondiale, deux survivants des tranchées s’allient pour orchestrer une escroquerie aux monuments aux morts.

Les deux hommes vendent aux municipalités des monuments d'après-guerre fictifs.

L’un d’eux est un simple comptable, joué par Albert Dupontel.

L’autre est un dessinateur qui a perdu le bas de son visage au combat et qui, désormais, vit masqué.

Ce personnage est interprété par Nahuel Perez Biscayart, la révélation du film 120 battements par minute, sorti en 2017.

Adapté du roman du même titre, signé par Pierre Lemaitre (prix Goncourt en 2013), Au revoir là-haut, vous amène dans le Paris des années folles avec une belle fantaisie.

Le film a d’ailleurs été couronné de cinq César en 2018, récompensant d’abord la réalisation d’Albert Dupontel ainsi que son travail d’adaptation du scénario.

La belle allure du film a également été récompensée, que ce soit pour les décors, la photographie ou les costumes.

La Belle et la meute, Kaouther Ben Hania

Mariam, une jeune Tunisienne, est dans une fête étudiante avec des copines. Elle rencontre Youssef et ensemble, ils partent de la soirée.

C'est alors que tout s’effondre.

Après une mauvaise rencontre avec des policiers corrompus, Mariam cherche une façon de réagir à son viol, alors que ni le système de santé ni le système judiciaire ne sont prêts à l'aider.

Chaque scène est tournée en un seul long plan, résumant chaque chapitre de cette longue et douloureuse nuit en un seul long moment d’angoisse.

La réalisatrice, Kaouther Ben Hania, s’est inspirée de l’histoire d’une jeune femme ayant vécu une nuit semblable qui s'est retrouvée sans recours après une attaque violente, en 2012.

Le film illustre un système défaillant, dans lequel les hommes en position de pouvoir ont l’immunité et où le poids du viol repose uniquement sur la victime.

La Belle et la meute, présenté en 2017 dans la section « Un certain regard » du Festival de Cannes, est un film fort qui trouve un écho bien au-delà du Maghreb.

Le Brio, Yvan Attal

Le personnage du professeur de droit, Pierre Mazard, est connu pour ses provocations.

Un jour, il s’en prend à Neïlah Salah, une étudiante d’origine maghrébine.

Taxé de raciste, M. Mazard doit se racheter et faire amende honorable.

Il s’engage à présenter l’étudiante qu’il a insultée à un grand concours d’éloquence.

Coincée avec un mentor qu’elle méprise, Neïla doit s’entendre avec lui si elle souhaite devenir la grande avocate qu’elle veut être.

Signé par l’acteur et réalisateur Yvan Attal, Le Brio est porté par un grand acteur du cinéma français, Daniel Auteuil, et par une nouvelle venue, Camélia Jordana.

La chanteuse a été récompensée du César du meilleur espoir féminin, en 2018.

La Bolduc, François Bouvier

Le film raconte l’histoire de Mme Édouard Bolduc, plus connue sous le nom de La Bolduc, Mary Rose Anne Travers, de son vrai nom.

Originaire de la Gaspésie, La Bolduc travaille dans des manufactures de la Nouvelle-Angleterre.

Elle devient mère de famille dans un quartier ouvrier de Montréal et monte sur scène avec son violon pour aider sa famille à gagner quelques dollars de plus.

Acceptant d’enregistrer des chansons folkloriques et humoristiques de son cru, elle deviendra rapidement l’une des premières chansonnières canadiennes-françaises et « turluteuse » de talent.

L’actrice Debbie Lynch-White interprète le personnage de cette vedette de la chanson québécoise.

Émile Proulx-Cloutier joue le rôle de son mari et Rose-Marie Perreault joue le rôle de sa fille Denise.

Le film La Bolduc est l’occasion de redécouvrir de grandes chansons populaires des années 30 comme Ça va venir découragez vous pas, La cuisinière ou encore J’ai un bouton sur le bout de la langue.

Le 21e festival international du film francophone Cinéfranco (Nouvelle fenêtre) sera présenté du 5 au 13 octobre, au cinéma Carlton, à Toronto.

Cinéma

Arts