•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de terrain prévu pour une école dans le futur centre-ville de Longueuil

Le centre-ville de Longueuil

Le nouveau centre-ville de Longueuil devrait voir le jour en 2035

Photo : Ville de Longueuil/Graph Synergie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Malgré l'ajout anticipé de 9000 logements, la Ville de Longueuil n'a pas planifié de terrain pour une école dans son projet de nouveau centre-ville, en bordure du fleuve. La commission scolaire interpelle la mairesse et le nouveau gouvernement du Québec.

Un texte de Thomas Gerbet (Nouvelle fenêtre)

« Où va être l'école primaire? », demande, sans obtenir de réponse, l'enseignante de Longueuil, Natasha Samson, debout devant un micro. La scène s'est déroulée le soir du 4 octobre, lors d'une consultation publique au sujet de ce projet majeur qui doit être soumis au vote des élus municipaux, en janvier.

Le plan du projet de centre-ville, présenté à l'origine comme un futur « Brooklyn », est déjà très bien détaillé. Le Programme particulier d'urbanisme indique la position future des immeubles résidentiels, de 30 hectares de parc, d'une promenade riveraine, d'une grande place de métro réaménagée et la présence d'un centre culturel. Mais des citoyens ont remarqué qu'il manque quelque chose.

« On ne voit pas d'école sur vos plans », interpelle au micro Lucie Gélinas, une résidente de Longueuil. La situation n'est pas sans rappeler celle du quartier Griffintown de Montréal, développé sans aucune école, ou encore le projet de redéveloppement du site de l'ancien Hôpital de Montréal pour enfants, lui aussi sans école.

Lors de la consultation publique, le Directeur de l'aménagement et de l'urbanisme de Longueuil, Sylvain Bouliane, a finalement répondu que « les écoles sont autorisées ». Autorisées, c'est une chose. Mais sont-elles prévues?

La Ville nous a oubliés.

Une citation de : Carole Lavallée, présidente de la Commission scolaire Marie-Victorin

« On est très préoccupés par ce projet », dit la présidente de la Commission scolaire Marie-Victorin (CSMV), Carole Lavallée. Elle déplore l'absence de discussions avec la Ville alors que les élus doivent bientôt voter pour approuver le projet.

La maquette d'une place publique près de la station de métro Longueuil-Université de SherbrookeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Place publique

Photo : Ville de Longueuil / Graph Synergie

Le Conseil des commissaires fera parvenir une lettre à la mairesse Sylvie Parent plus tard cette semaine pour demander : « Où est l'école? »

« Une école primaire, c'est 600 élèves, explique Carole Lavallée. Avec 9000 nouveaux logements, il y a au moins 600 élèves là-dedans. »

« On va être obligés d'aller chercher les enfants en autobus scolaire, à l'heure de pointe, pour les extraire de leur milieu et les amener ailleurs », poursuit-elle.

La CSMV demande au prochain ministre des Affaires municipales de modifier la loi pour que les municipalités soient obligées de prévoir des terrains pour des écoles dans leurs projets de développement résidentiel, comme elles doivent déjà le faire avec les parcs.

La Ville de Longueuil reconnaît ne pas avoir identifié de terrain pour une école, mais son porte-parole Louis-Pascal Cyr dit qu'il n'y a rien d'étonnant à ce stade du projet. « On n’est pas rendus à ce degré de précision là », indique-t-il.

Pour nous, il n’y a pas matière à inquiétude quant à la présence d’une école.

Une citation de : Louis-Pascal Cyr, porte-parole de la Ville de Longueuil.

Selon Louis-Pascal Cyr, il est encore tout à fait possible de prévoir une ou des écoles. Mais quel type d'école?

« Des écoles non traditionnelles »

Lors de la consultation publique, une citoyenne s'est inquiétée que les terrains soient « tellement chers qu'il n'y a pas une école qui va pouvoir s'y installer ».

Le Directeur de l'aménagement et de l'urbanisme de Longueuil, Sylvain Bouliane, a expliqué qu'un secteur comme celui de Longueuil ne bénificiera pas d'une « école traditionnelle ».

« Il y a de nouvelles manières de faire des écoles dans les milieux urbains », a-t-il ajouté.

La Commission scolaire Marie-Victorin pense que la Ville souhaite créer des écoles « dans les tours », un modèle qui existe déjà dans des villes très denses comme Singapour, en Asie.

« Pour nous, ce n’est pas envisageable, ce ne serait pas optimal pour la réussite des élèves », dit la présidente Carole Lavallée. Elle privilégie des écoles en bois, proche des milieux naturels et de la verdure.

Un autre projet problématique

La présidente de la CSMV s'inquiète également d'un autre projet de développement domiciliaire à Longueuil qui n'inclut pas d'école : le Pôle Roland-Therrien, qui comptera au moins 8000 nouveaux logements. Le Programme particulier d'urbanisme publié avant l'été par la Ville misait uniquement sur la présence d'écoles existantes aux alentours.

Mais ces établissements scolaires sont déjà à pleine capacité, affirme la CSMV, et il faudra bientôt les agrandir pour répondre à la demande. « Notre population d’élèves est en croissance due à la démographie et à l’immigration », explique sa présidente.

La Commission scolaire demande au prochain ministre de l'Éducation de lui accorder « l'autonomie » pour qu'elle puisse chercher elle-même des terrains sans devoir passer par les Villes. Carole Lavallée aimerait aussi que « le ministère donne l’argent nécessaire pour acheter le terrain ».

Le Programme particulier d'urbanisme du centre-ville, présenté au public le 4 octobre, a été préparé uniquement par les services de la Ville de Longueuil, sans intervention d'un promoteur.

Plusieurs citoyens se sont par ailleurs inquiétés du peu de place que le projet semble laisser aux logements sociaux et aux espaces pour les groupes communautaires.

« Oui, il y a aura une école au centre-ville », a promis la mairesse Sylvie Parent, mardi après-midi, à l'émission Le 15-18 sur ICI Radio-Canada Première. « Mais de quelle façon elle sera faite? On ne le sait pas encore. On a demandé à la commission scolaire de se pencher là-dessus, de se pencher sur de nouvelles façons de faire », a-t-elle ajouté, n'excluant pas que cette nouvelle école soit construite dans une des futures tours d'habitations. De son côté, l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville a déploré par voie de communiqué « l'improvisation » de la mairesse, soulignant que « la nécessité de prévoir une offre complète de services publics dans le secteur [avait] été exprimé par les élus de l'opposition ». « Il est devenu évident qu’une meilleure concertation avec les partenaires et les citoyens est nécessaire », écrit Longueuil citoyen, ajoutant que ses préoccupations concernent aussi l'absence d'une bibliothèque, de centres médicaux, de CPE et de logements sociaux dans le projet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !