•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rapport analyse les causes du climat de travail « toxique » au CCNB

L'enseigne du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick

Six membres de la direction du CCNB dénonçaient un climat de travail « toxique » en mars dernier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Sept mois après la dénonciation d'un « climat de méfiance, d'abus de pouvoir et/ou d'intimidation » au CCNB, un premier rapport d'analyse est déposé. Il identifie quatre causes reliées au climat de travail au sein de la direction.

Il semblerait que l’état du climat organisationnel actuel soit le résultat de l’accumulation de plusieurs situations et événements qui s’enchaînent depuis la création du CCNB, peut-on lire dans un communiqué envoyé jeudi après-midi par le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB).

En mars dernier, six membres de la direction du CCNB ont dénoncé le climat « toxique » que fait régner la présidente-directrice générale du CCNB, Liane Roy.

Liane RoyAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Liane Roy est présidente-directrice générale du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Les quatre causes ci-dessous ont été identifiées par la firme Analys psychologie organisationnelle, qui a mené la première phase d’analyse du climat au CCNB :

  • l’absence d’un plan maître de gestion du changement;
  • la présence de points de tension causés par les structures organisationnelles, en particulier entre les processus mis en place et la souplesse dans les prises de décisions et les actions;
  • des approches de gestion et de leadership qui ne sont pas complémentaires, mais plutôt en opposition, ayant comme résultat que les gens sont en mode exécution basé sur l’expertise au détriment de la planification et du volet humain;
  • l’absence de conditions gagnantes sur le plan des relations interpersonnelles et d’un fonctionnement adéquat de l’institution, c’est-à-dire que les gens collaborent avec qui ils ont des affinités, créant des modes de fonctionnement informels en parallèle avec la structure formelle.

La Phase 1 sur l’analyse du climat au CCNB a été menée auprès des membres de la direction et de la haute direction de l’organisation.

Selon la présidente du Conseil des gouverneurs, Rachel Maillet Bard, tous les membres du Conseil ont accueilli le rapport avec satisfaction, est-il écrit. Le rapport soumis dresse le portrait de la situation actuelle selon les commentaires recueillis auprès de la vingtaine de participants à la phase 1. Il met en lumière les causes du climat actuel et comprend une série de recommandations.

La Phase 2 de l’analyse du climat au CCNB s’étend à tout le personnel et débutera le 5 novembre prochain par un sondage interne.

Nouveau-Brunswick

Société