•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des militants accusent la CAQ d'être raciste

Les explications de Julie Marceau.
Radio-Canada

Des groupes montréalais opposés à de grands pans du programme de la Coalition avenir Québec (CAQ), qu'ils taxent de racisme, invitent les Québécois à ne pas se plier à l'éventuelle interdiction de porter des signes religieux ostentatoires qui viserait les personnes en position d'autorité, dont les enseignants.

Montréal Antifasciste, Solidarité sans frontières, Voix juives indépendantes, le Centre des travailleurs immigrants et la Convergence des luttes anticapitalistes font partie de ces groupes qui voient dans la CAQ un « danger social ».

Au cours d’une conférence de presse jeudi, Scott Weinstein, de l'organisation Voix juives indépendantes, a invité tous les enseignants à porter délibérément des signes religieux, en solidarité avec les enseignants qui seront visés par cette future mesure législative, si elle est adoptée.

Ce n'est pas à l'État de dire à une femme ce qu'elle devrait porter ni ce qu'elle ne devrait pas porter. C'est inacceptable. Nous refusons ce projet de loi liberticide et antiféministe!

Safa Chebbi, membre du conseil d'administration du groupe Alternatives

Des porte-parole du nouveau gouvernement caquiste, Geneviève Guilbault et Simon Jolin-Barrette, ont averti mercredi que les employés de l'État québécois qui se trouvent en position d'autorité doivent se préparer à changer d'emploi s'ils tiennent à porter des signes religieux au travail. Le gouvernement s’attellera rapidement à présenter une « véritable loi sur la laïcité », a indiqué M. Jolin-Barrette, député de Borduas. La CAQ serait prête à recourir à la disposition de dérogation de la Constitution si des dispositions de cette législation à venir étaient contestées devant les tribunaux.

Le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, a signalé à l'intention de son nouvel homologue québécois François Legault que l'utilisation de cette disposition pour « supprimer ou éviter de défendre les droits fondamentaux des Canadiens » est « une chose à laquelle il faut faire très attention ».

Questionnée jeudi au sujet des intentions de la CAQ quant au port de signes religieux, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a indiqué qu'elle préférait attendre de voir l'éventuel projet de loi avant de le commenter, soulignant cependant au passage l'apport des immigrants et des communautés culturelles à la vitalité de Montréal, auquel elle s'est dite « très attachée ».

Une manifestation dimanche

M. Legault et son gouvernement fraîchement élu prônent des politiques racistes qui menacent la paix sociale, ont soutenu jeudi les militants, qui avaient convié les journalistes.

Ils ont souligné que la CAQ a reçu les félicitations de la femme politique française Marine Le Pen, très à droite. Le fait que M. Legault s’en soit distancié ne change rien à leurs yeux.

« Son projet politique trouve écho chez plusieurs forces d’extrême droite », a insisté Safa Chebbi, aussi porte-parole d’une manifestation contre le racisme qui aura lieu dimanche après-midi, à Montréal.

Cette manifestation est prévue depuis des mois, et elle allait avoir lieu indépendamment du résultat du scrutin de lundi, ont indiqué les militants, laissant entendre que le choix des électeurs québécois leur a donné une cible évidente.

La CAQ se retrouve au pouvoir avec une majorité politique, ce parti qui a utilisé sans vergogne la xénophobie contre les personnes immigrantes et les minorités religieuses!

Extrait d'un texte sur le site web dédié à la manifestation de dimanche

« Les propositions d'extrême droite telles que l'abaissement du seuil d'immigration, l'inutile "test des valeurs" ou encore l'expulsion des personnes qui échouent au test de français ne sont que des exemples qui ont induit une peur non négligeable chez les personnes immigrantes », écrivent les militants.

« Le nouveau parti au pouvoir nie fièrement l'existence du racisme systémique au Québec », accusent-ils également.

« Montréal, c’est une ville antiraciste, c’est une ville composée de gens de tous les coins du monde, et les politiques de peur [des caquistes] ne vont pas passer ici », a prédit Aaron Lakoff, journaliste militant et co-organisateur de la manifestation, devant les médias.

Avec les informations de La Presse canadienne

Grand Montréal

Politique provinciale