•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau parcours du marathon de Québec décortiqué

On teste le nouveau parcours du marathon
Radio-Canada

Les coureurs qui prendront le départ du Marathon SSQ de Québec dimanche auront plusieurs défis à relever le long du tout nouveau parcours sillonnant les rues de la capitale. Voici six éléments à retenir, selon le coureur Jimmy Gobeil qui a fait l'essai du circuit quelques jours avant le marathon, lors d'une journée pluvieuse d'automne.

Un texte de Mireille Roberge

1. Départ rapide

Plusieurs coureurs diront que les 15 premiers kilomètres du marathon qui prend le départ sur René-Lévesque devant le parc de l’Amérique-Française sont « faciles », car ils sont plutôt plats ou descendants. Jimmy Gobeil, propriétaire de la boutique Le Coureur nordique à Québec et lui-même marathonien, estime que les coureurs devront « se retenir » un peu pour éviter d'avoir une cadence trop rapide en début de course qui pourrait avoir un impact sur leur énergie pour la suite du circuit.


2. Tunnel surprise

Au kilomètre 16, les coureurs entreront dans le Pont-tunnel Joseph-Samson, un secteur habituellement inaccessible pour les piétons. Ce sera donc une première pour la majorité des coureurs qui vont descendre dans le tunnel, pour ensuite remonter et se diriger vers le boulevard Champlain.


3. Aller-retour

Le segment sur le boulevard Champlain est le plus décevant du parcours, selon Jimmy Gobeil, car on semble avoir simplement voulu ajouter les kilomètres manquants au tracé de 42,2 km. Heureusement, sur le chemin du retour, les athlètes auront une belle vue en passant en bordure du Cap-Blanc.


4. On grimpe

Au kilomètre 23, les coureurs doivent avoir encore de l'énergie, car à partir de là, ils devront grimper plusieurs côtes. Le travail s'amorce dans le secteur du Petit-Champlain pour atteindre la Haute-Ville. Heureusement, derrière l'Hôtel-Dieu, un peu de répit s'offre aux coureurs, mais par la suite, l'ascension reprend de plus belle vers le Château Frontenac et les plaines d'Abraham. Ouf!


5. Virages multiples

Des virages, ce n'est pas ce qui manque dans ce marathon. Les coureurs devront régulièrement ralentir et accélérer. Le grand défi sera de garder la ligne la plus courte sur le parcours afin de ne pas se rallonger et courir 43 km sur un parcours de 42,2 km...


6. Retour au calme

À partir du kilomètre 35, les grandes difficultés sont derrière les coureurs. Souhaitons que la foule sera au rendez-vous pour encourager les marathoniens pour les sept derniers kilomètres qui sont rarement faciles à franchir!


Points forts, points faibles :
Au final, le propriétaire de la boutique Le Coureur nordique n’hésite pas à qualifier le nouveau tracé de Québec « marathon carte postale », plus touristique et plus varié, dont le point fort sera entre autres la section le long de la rivière Saint-Charles. Le nombre de virages et les montées représentent quant à eux un enjeu pour les athlètes qui devront affronter ces sections difficiles dans un moment critique du marathon, entre les 24e et 30e kilomètres.

Les coureurs prendront le départ à 8 h dimanche à l’intersection du boulevard René-Lévesque et de la rue Claire-Fontaine.

Québec

Sports