•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La navette autonome de Candiac transporte ses premiers passagers

La petite navette sur la route.
Le véhicule sans chauffeur parcourt deux kilomètres sur le boulevard Montcalm Nord. Photo: Radio-Canada / Pascal Robidas
Radio-Canada

Une navette électrique sans chauffeur a accueilli ses premiers passagers, jeudi matin, à Candiac, en Montérégie, dans le cadre d'un projet pilote d'une durée prévue d'un an.

Capable de transporter une quinzaine de personnes, le véhicule autonome parcourt deux kilomètres sur le boulevard Montcalm Nord, entre le stationnement incitatif du terminus d'autobus de Candiac et le parc André-J.-Côté, au bord du Saint-Laurent. Un trajet ponctué de quelques arrêts, entre autres devant l’hôtel de ville, un complexe pour retraités et des entreprises locales.

La navette est en service jeudi de 10 h à 13 h, et doit l’être aux mêmes heures vendredi, puis la semaine prochaine, mardi et mercredi. Après cette date, l’horaire n’est pas encore connu. Le service est gratuit.

Carte du trajet.La navette fait quelques arrêts, entre autres devant l’hôtel de ville, un complexe pour retraités et des entreprises. Photo : Keolis

Construit par la compagnie française Navya et exploité par l’entreprise de transport franco-québécoise Keolis, le véhicule électrique, qui dispose de caméras et d’autres capteurs, roule à une vitesse de 25 kilomètres à l'heure, sur une artère dont la vitesse maximale permise est de 50 kilomètres à l'heure. Il passe notamment par une intersection à quatre feux de signalisation qui communiquent avec lui.

Il avait pris la route à la mi-septembre, mais sans passagers. La technologie devait faire ses preuves, même si de nombreux autres tests avaient été menés précédemment.

Même si elle est 100 % autonome, la navette aura toujours un opérateur à son bord durant le projet pilote, par mesure de sécurité et pour répondre aux questions des usagers.

Plan rapproché de M. Dyotte.Normand Dyotte, maire de Candiac. Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Ce projet pilote constitue une première au Canada, a souligné en entrevue Normand Dyotte, maire de Candiac : « C’est la première fois qu’il va y avoir une navette qui va circuler sur les voies publiques, avec les voitures, avec les piétons. On est très fier de faire partie de cette première expérience au Canada. »

« La façon dont [ce projet] sera réalisé tracera la route pour les prochains », a souligné Marie Hélène Cloutier, vice-présidente de Keolis Canada.

« L’engouement autour de ce projet dépasse nos attentes, ce qui est très porteur pour la suite », a-t-elle ajouté.

Le test de l'hiver québécois

En décembre, la navette cessera de transporter des passagers, qui pourront la reprendre en mars prochain. Entre-temps, la résilience de cette technologie face à nos durs hivers sera testée sans la présence de passagers.

La navette de Navya est déjà utilisée ailleurs dans le monde, notamment à Lyon, en France, où elle est en circulation depuis 2016. Elle est aussi utilisée à l’aéroport Charles-de-Gaulle, à Paris, et dans plus d’une vingtaine d’autres villes, notamment aux États-Unis.

Elle n’a jamais été impliquée dans un accident d’importance. Mais si la situation se présente et que la responsabilité lui incombe, c’est Keolis qui assumera les frais. Si l’accident est imputable à un autre conducteur, à un piéton ou à un cycliste, la règle habituelle de la couverture d’assurance sans égard à la faute s’appliquera.

Pour l’aider à déployer ce projet, le gouvernement du Québec a accordé une subvention de 350 000 $ à Keolis, un groupe détenu à 70 % par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) et à 30 % par la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Avec des informations de Pascal Robidas

Grand Montréal

Transport en commun