•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alliance des gens s’oppose « aux écoles et aux hôpitaux francophones », selon Michel Bastarache

Affiche de Kris Austin, chef de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick.
L'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick semble rassembler de nombreux électeurs déçus par les partis traditionnels. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

« On a un parti créé pour s'opposer au bilinguisme, pour s'opposer aux écoles francophones et aux hôpitaux francophones », a lancé en début de semaine, devant un comité sénatorial, l'ancien juge de la Cour suprême du Canada Michel Bastarache en parlant de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick.

Un texte d’Anaïs Brasier avec les informations de Nicolas Steinbach

Lors des élections du 24 septembre, l’Alliance des gens a récolté près de 13 % du vote de la population. Si, comme le propose Michel Bastarache, on présume que les Acadiens n’ont pas voté pour ce parti, 18 % du vote des anglophones de la province serait allé au parti de Kris Austin.

Ça veut dire que près du [cinquième] des anglophones du Nouveau-Brunswick vote pour abolir le bilinguisme.

Michel Bastarache, ancien juge de la Cour suprême du Canada
Michel Bastarache devant le comité sénatorial des langues officielles. L'ancien juge de la Cour suprême du Canada Michel Bastarache a exprimé ses inquiétudes sur le bilinguisme au Nouveau-Brunswick devant le Sénat lundi. Photo : Radio-Canada

C'est un signe, selon lui, que le bilinguisme ne se porte pas aussi bien qu'on le pense au Nouveau-Brunswick. Et on dit qu’on a fait des progrès extraordinaires. Moi, je pense qu’il faut réagir, non pas en fermant les yeux.

Kris Austin se dit choqué et déçu

Soit il trompe les gens volontairement, soit il ne nous comprend pas, réagit Kris Austin, chef de l'Alliance.

En entrevue téléphonique, il assure que son parti appuie le bilinguisme. Selon lui, la plateforme de l’Alliance des gens propose simplement de faire les choses d’une façon qui a du sens et qui ne désavantage pas les unilingues anglophones.

Nous appuyons le droit d’avoir deux districts scolaires. Ce que nous n’appuyons pas, c’est deux autobus scolaires différents.

Kris Austin, chef de l'Alliance des gens
Kris Austin se tient debout devant son véhicule de campagne.Kris Austin , chef de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, a été élu député de Fredericton-Grand Lac. Deux autres candidats de son parti ont aussi été élus. Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Concernant les régies de santé, ajoute-t-il, les hôpitaux francophones resteront francophones. C’est le côté administratif de la dualité qui coûte des millions de dollars. Nous proposons une administration bilingue.

L’Alliance des gens, à l'écart des négociations?

Alors que les libéraux et les progressistes-conservateurs continuent de lutter pour le soutien du Parti vert, aucun parti n’a entamé de discussion officielle avec l’Alliance des gens.

Je ne suis dans une aucune discussion officielle avec eux.

Kris Austin, chef de l'Alliance des gens

Pas de surprise du côté du Parti libéral, qui avait d’emblée fermé la porte à une entente avec l’Alliance des gens durant la campagne, affirmant que le programme et les valeurs des deux partis sont trop différents.

Quant au chef des progressistes-conservateurs, Blaine Higgs, il estime que le travail avec l’Alliance des gens est déjà fait. Notre objectif n'est pas d'avoir un accord ni une coalition, mais d'avoir une collaboration dans la législature, dit-il. Kris Austin s'est déjà engagé à faire ça, il s'y est engagé auprès de la lieutenante-gouverneure.

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur, en entrevue.Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur, assure que ses discussions avec le Parti vert vont bon train. Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Kris Austin semble toutefois surpris des négociations des progressistes-conservateurs avec le Parti vert.

S'il décide de se vendre au Parti vert, les électeurs vont se le rappeler, menace le chef de l'Alliance des gens. Par ailleurs, ce que nous proposons est extrêmement similaire à ce que disent les progressistes-conservateurs dans leur plateforme.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale