•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bruce McArthur traqué à son insu quatre mois avant son arrestation

Photo de Bruce McArthur portant un habit de détenu orange à l'écran dans une salle d'audience.

Bruce McArthur lors de sa comparution par vidéoconférence le 11 avril.

Photo : CBC/Pam Davies

Radio-Canada

C'est en enquêtant sur la disparition d'Andrew Kinsman, la huitième victime soupçonnée de Bruce McArthur, que la police de Toronto a commencé à traquer le présumé tueur en série, selon de nouveaux documents de cour.

Un texte de Jean-Philippe Nadeau

Ces nouveaux documents, en grande partie caviardés et nouvellement dévoilés, montrent que Bruce McArthur est devenu le premier suspect de plusieurs cas de disparition à la suite de la découverte de sang dans sa fourgonnette. McArthur avait vendu son véhicule, mais la police l'avait par la suite saisi chez un vendeur de voitures usagées. Les documents montrent que l'ADN du sang retrouvé correspondait à celui d'Andrew Kinsman.

Le paysagiste de 66 ans est accusé du meurtre prémédité de 8 hommes, dont la majorité fréquentaient le village gai de Toronto.

Ce que les nouveaux documents mettent au jour

Selon les 4000 pages de documents, le sexagénaire est déjà considéré comme une personne d'intérêt 6 semaines après la disparition de M. Kinsman, le 26 juin 2017. Des recherches dans l'ordinateur du disparu révèlent que les deux hommes ont entretenu une relation. Des photos les montrent d'ailleurs ensemble. McArthur est sous surveillance policière périodique à partir de septembre. Des outils de repérage sont dissimulés sur deux de ses véhicules pour observer ses déplacements.

En octobre, la police rouvre l'enquête sur la disparition de Skanda Navaratnam. En étudiant l'ordinateur du Sri Lankais, les enquêteurs se rendent compte que M. Navaratnam est abonné au site de rencontre Squirt.com, tout comme McArthur. C'est le premier lien qui unit l'opération Prisme à l'opération Houston. La police soupçonne McArthur d'avoir fréquenté certaines de ses présumées victimes. Or, c'est le cas de Skanda Navaratnam.

La police de Toronto a déposé une accusation de meurtre prémédité additionnelle contre le présumé tueur en série Bruce McArthur relativement à la mort de Skandaraj (Skanda) Navaratnam. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Skandaraj Navaratnam, 40 ans, était porté disparu depuis 2010.

Photo : Facebook/Jean-Guy Cloutier

En novembre, McArthur fait l'objet d'une surveillance ininterrompue. À la même période, il est considéré comme une personne d'intérêt dans la disparition de Selim Esen, qui a disparu en avril 2017. La police récupère, grâce à des mandats de perquisition, les communications téléphoniques d'Esen, mais les informations à ce sujet sont caviardées dans les documents dévoilés.

Suivi à la trace

McArthur est suivi à la trace. Il est vu une première fois le 24 novembre 2017 dans un centre commercial de Scarborough où il joue au père Noël pour les enfants.

Le 27 novembre 2017, la police soupçonne que les terrains de la résidence située sur Mallory Crescent, à Toronto auraient pu être utilisés pour y enterrer des présumées victimes. Des chiens policiers sont utilisés une première fois pour renifler les terrains, mais sans succès.

Le 5 décembre, McArthur devient aussi une personne d'intérêt relativement à la disparition de trois autres hommes gais qui ont disparu entre 2010 et 2012, disparitions que l'opération Houston n'avait pu expliquer.

Les enquêteurs pris en souricière

Le 7 décembre, les enquêteurs obtiennent des tribunaux des mandats pour fouiller l'appartement de McArthur en son absence. Les détectives y font des copies des disques durs de son ordinateur, mais ils ne peuvent terminer leur travail, parce qu'ils reçoivent une information selon laquelle McArthur retourne chez lui et risque de les y surprendre. Les placards et la chambre de l'individu sont tellement en désordre que les enquêteurs ne parviennent à saisir quoi que ce soit en une heure de travail.

Le 11 décembre, la police installe des caméras de surveillance à la résidence de Mallory Crescent.

Photo de la maison de deux étages. Un ruban jaune de la police y bloque l'accès.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La propriété de la rue Mallory Crescent où des restes humains ont été trouvés dans des boîtes à fleurs.

Photo : Radio-Canada

La police trace un parallèle entre tous ces hommes, qui fréquentent les mêmes établissements du village gai de Toronto. Ils s'identifient tous comme des bears (un type d'homme gai poilu et relativement corpulent, NDLR). Ils ont en outre la peau foncée, à l'exception d'Andrew Kinsman.

Les enquêteurs notent par ailleurs que les cinq présumées victimes disparaissent durant des jours fériés ou des fêtes spécifiques : Kinsman durant le festival Pride, Selim Esen durant Pâques 2017, Skanda Navaratnam le week-end de la fête du Travail 2012, Majeed Kayhan durant l'Action de grâces 2012 et Abdulbasir Faizi entre Noël 2012 et le Nouvel An. Sans le confirmer, ils font un rapprochement avec les horaires de la propriétaire de la résidence sur Mallory Crescent, laquelle s'absente de Toronto durant les vacances et les longs week-ends pour aller à sa maison à la campagne. McArthur aurait ainsi facilement accès à la résidence.

Bruce McArthur est arrêté le 18 janvier 2018 lorsqu'il revient chez lui en compagnie d'un homme à la peau foncée. On présume que la police est intervenue parce qu'elle craignait pour la vie de l'individu en question. Le sexagénaire est arrêté, dans un premier temps, pour les meurtres prémédités d'Andrew Kinsman et de Selim Esen. Ce n'est que le 29 janvier qu'il est accusé des meurtres de trois autres individus. Dans les mois subséquents, Bruce McArthur sera accusé tour à tour des meurtres de la sixième, de la septième et de la huitième présumée victime.

Crimes et délits

Justice et faits divers