•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ interdira la consommation de cannabis dans tous les lieux publics

Une personne portant des lunettes de soleil tient un joint dans sa main gauche. De la fumée s'en échappe.
La consommation de marijuana ne sera pas autorisée dans plusieurs publics. Photo: Getty Images / Scott Barbour
Radio-Canada

Le gouvernement caquiste de François Legault va interdire la consommation de cannabis dans tous les lieux publics de la province, hausser l'âge légal pour en consommer à 21 ans et s'assurer que des boutiques de la Société québécoise du cannabis (SQDC) ne se trouvent pas près des écoles.

Un texte de François Messier

C’est ce qu’a confirmé mercredi le député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, qui agit comme porte-parole du gouvernement élu. La Coalition avenir Québec (CAQ) défend cette position depuis septembre dernier, a-t-il souligné, et l’a d’ailleurs réitérée lors de la campagne électorale.

Ces nouvelles approches seront mises en œuvre « dès que ce sera possible de le faire », a-t-il assuré lors d’une conférence de presse en matinée, puis lors d’une entrevue subséquente accordée à ICI RDI.

Selon l’ancien porte-parole de la CAQ en matière de justice, l’approche préconisée par le gouvernement Couillard dans ce dossier a fait du Québec « l’une des provinces les plus permissives » au pays en fixant l’âge légal de consommer le cannabis à 18 ans.

Nulle part ailleurs au Canada, à part en Alberta, c’était fixé à 18 ans. Toutes les autres provinces canadiennes, c’était 19 ans. Les États américains, où ils ont légalisé, c’était 21 ans.

Simon Jolin-Barrette, porte-parole du gouvernement élu

« Alors, nous, on veut seulement y aller de prudence, surtout que c’est démontré que la consommation de cannabis en bas âge, particulièrement dans cette clientèle-là, fait en sorte que, pour le développement du cerveau, ça crée de sérieuses problématiques », a précisé M. Jolin-Barrette.

Le député caquiste cite à l’appui de cette thèse l’étude publiée par des chercheurs montréalais dans l’American Journal of Psychiatry, qui conclut que la consommation occasionnelle ou fréquente de cannabis chez les adolescents a un impact sur leur réussite scolaire.

En campagne électorale, la CAQ a soutenu qu'elle créerait une infraction pénale pour les jeunes de moins de 21 ans surpris à consommer du cannabis, mais sans dévoiler le montant de l'amende qui y serait associée. Sonia LeBel, l'ex-procureure de la commission Charbonneau devenu députée de Champlain, avait parlé d'un « détail ».

Le gouvernement Couillard a créé le « chaos »

Simon Jolin-Barrette plaide en outre que le gouvernement Couillard a « créé un chaos » avec son projet de loi 157, qui interdit seulement de fumer du cannabis dans certains endroits.

Cela inclut les parcs, les terrains sportifs, les pistes cyclables, les aires extérieures utilisées pour l'attente d'un moyen de transport collectif, les terrains des établissements de santé et d'enseignement et dans un rayon de neuf mètres de toute porte, prise d'air ou fenêtre.

Le gouvernement de Philippe Couillard a créé un chaos avec le projet de loi 157 parce qu’il y a des municipalités qui vont permettre la consommation dans les parcs, mais pas dans les rues, et la municipalité d’à-côté va [la] permettre dans les rues et pas dans les parcs.

Simon Jolin-Barrette, porte-parole du gouvernement élu

« On va prendre les mesures pour faire en sorte qu’il y ait une uniformité de l’application de la loi sur l’ensemble du territoire québécois, a déclaré M. Jolin-Barrette. Les gens ne peuvent pas se retrouver dans une situation où on peut fumer dans une ville, mais pas fumer dans l’autre ville. C’est une situation ou l’applicabilité de la loi est très difficile pour les corps de police, où les agents chargés de l’application de la loi. »

Ce qu’on veut, c’est faire en sorte que les gens puissent savoir où ils peuvent consommer du cannabis, et ce sera dans les lieux privés.

Simon Jolin-Barrette, porte-parole du gouvernement élu

Le député de Borduas a aussi précisé en matinée que le futur projet de loi de la CAQ « fera en sorte de s’assurer que, sur les corridors scolaires, il n’y ait pas de boutique de la SQDC qui vont être établies ».

Pas en vigueur le 17 octobre

La députée de Louis-Hébert, Geneviève Guilbault, autre porte-parole du gouvernement élu, a cependant convenu en point de presse que tous ces changements ne pourront pas être en vigueur pour le 17 octobre, date à laquelle la légalisation du cannabis sera officiellement en vigueur.

Le gouvernement de François Legault doit être assermenté autour de cette date, et le processus permettant d’adopter un projet de loi prend toujours plusieurs semaines, à moins d’être adoptées sous le bâillon.
François Legault a déclaré mardi que les députés québécois seront rappelés à l’Assemblée nationale avant Noël.

« La conjonction des dates fait en sorte que oui, on doit appliquer légalement la loi qui aurait été adoptée par le précédent gouvernement, a dit Mme Guilbault. Il y aura une période de transition entre les deux où ils nous est légalement impossible en ce moment de modifier la loi. »

Politique provinciale

Politique