•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Philippe Couillard annoncerait aujourd'hui sa démission

Philippe Couillard.

Philippe Couillard

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après avoir subi une défaite d'une ampleur historique lors des élections générales de lundi, Philippe Couillard pourrait annoncer dès aujourd'hui sa démission à titre de chef du Parti libéral du Québec et de député de Roberval, selon les informations obtenues par Radio-Canada.

Les prétendants à sa succession de façon intérimaire manifestent déjà leur intérêt : après les ex-ministres Christine St-Pierre et Pierre Arcand, voilà que Gaétan Barrette est également sur les rangs pour prendre la direction du parti. Le député de Lafontaine Marc Tanguay serait également intéressé par le poste.

Un caucus des députés élus et battus est prévu jeudi après-midi à Québec. C’est à ce moment que M. Couillard devrait leur annoncer son départ, avant de s’adresser aux médias.

Suivra une rencontre des 32 députés élus, vendredi matin, où le choix d'un chef par intérim serait à l'ordre du jour. On y discuterait aussi les modalités d’une course au leadership.

À l'occasion du caucus de vendredi, les candidats à l'intérim prononceraient un petit discours devant leurs collègues, qui exprimeraient ensuite leur préférence par vote secret.

La démission du premier ministre laisserait aussi vacante la circonscription de Roberval, où une élection partielle devrait être tenue dans les six mois.

Les libéraux ont terminé la soirée de lundi avec 32 députés, mais surtout avec un peu moins de 25 % des voix, ce qui constituait leur pire performance depuis la Confédération canadienne.

Lundi soir, en réaction à la défaite de son parti, M. Couillard avait affirmé qu'il allait « entreprendre une réflexion » sur son avenir personnel.

« Afin de réduire la période d'instabilité, cette réflexion sera courte, quelques jours au maximum », disait-il.

Un long intérim

L’élection d’un nouveau chef pourrait cependant prendre plusieurs mois. Des députés et certains membres du personnel politique libéral sont d'avis que l'ampleur de la défaite doit entraîner un examen de conscience sérieux qui dépasse le seul choix d'un chef.

Des députés pensent qu’il serait préférable de ne pas tenir de course au leadership avant la fin de 2019, voire seulement en 2020.

Les prochaines élections auront lieu en octobre 2022. Le nouveau chef libéral, s’il est élu seulement en 2020, aurait donc le temps de s’installer et de préparer la prochaine campagne électorale.

Une députée qui a requis l'anonymat a fait valoir que la défaite de lundi était l'occasion de « renouveler » le parti en profondeur, de se débarrasser « des vieux de la vieille » parmi les organisateurs et de changer les façons de faire.

Avec des informations de Martine Biron et Sébastien Bovet

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !