•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba rejette la taxe sur le carbone demandée par Ottawa

Brian Pallister devant un microphone. Derrière lui, il y a un drapeau du Manitoba.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, a annulé le plan de taxe carbone de la province.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement manitobain retire la taxe carbone de son plan de lutte contre les changements climatiques et rejoint la Saskatchewan, l'Alberta et l'Ontario dans leur opposition à la taxe fédérale sur le carbone. Dans la déclaration à la Chambre lors de la reprise des travaux législatifs mercredi après-midi, le premier ministre Brian Pallister a répété que le plan sur le climat proposé par la province est meilleur que celui d'Ottawa.

M. Pallister affirme que sa province a obtenu un avis juridique selon lequel le gouvernement fédéral a le pouvoir constitutionnel d'imposer une taxe sur le carbone aux provinces, mais pas à celles qui implantent leur propre plan.

Nous disons oui à un avenir plus vert et à un plan manitobain sur le climat, mais sans taxe carbone.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba

Le plan dévoilé par le Manitoba il y a près d’un an fixait un prix de 25 $ la tonne de carbone pour les cinq prochaines années, mais ce tarif n'atteindrait pas la cible de 50 $ la tonne en 2022, exigée par le fédéral. Ottawa compte imposer un prix à toute province qui ne suivrait pas le tarif du carbone décrit dans le plan fédéral.

Invoquant le fait qu'Ottawa « n’a pas donné d’assurance que la taxe fédérale ne sera pas imposée au Manitoba après un an », la province, explique le premier ministre, ira de l'avant avec son plan climatique, mais sans la taxe carbone, qui devait entrer en vigueur au Manitoba le 1er décembre.

Critique unanime de l'opposition

Les partis d'opposition ont dénoncé cette décision du gouvernement progressiste-conservateur.

Pour le chef libéral, Dougald Lamont, qui en était à sa première journée à la Chambre, cela démontre que les troupes de Brian Pallister n'ont pas de plan. Il ajoute que le premier ministre a pris cette décision afin de s'opposer au gouvernement fédéral.

Si vous n'avez pas de plan pour diminuer les émissions de carbone, ne créez pas ce système de taxe carbone ici.

Wab Kinew, chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba

Cette critique a été reprise par le chef du NPD, Wab Kinew, qui refuse de croire que la province va décliner l'argent provenant de la taxe carbone fédérale lorsqu'elle sera prélevée. Il dénonce le fait que le gouvernement adopte des politiques qui ressemblent à celles des leaders politiques conservateurs Doug Ford et Jason Kenney.

À Ottawa, Justin Trudeau a réaffirmé la volonté du gouvernement d'imposer la taxe carbone aux provinces récalcitrantes si elles refusaient de faire payer les pollueurs.

Un nouvel allié pour les opposants

L'annonce de mercredi a été chaudement accueillie par certains politiciens opposés à la taxe carbone du gouvernement fédéral. Le chef du Parti conservateur uni de l'Alberta, Jason Kenney, a qualifié la décision manitobaine de « nouvelle fantastique » sur Twitter. Toujours sur le réseau social, il a affirmé qu'elle est le résultat de l'approche inflexible adoptée par le premier ministre Justin Trudeau.

Le premier ministre de la Saskatchewan et opposant à la taxe carbone, Scott Moe, s'est lui aussi réjoui de l'arrivée d'une nouvelle province dans la lutte au plan fédéral. Selon lui, les provinces sont mieux placées pour savoir quelle est la meilleure façon de lutter contre les changements climatiques et qu'Ottawa devrait laisser faire son idée d'imposer une taxe carbone.

Même son de cloche du côté de la Fédération canadienne des contribuables, qui considère l'annonce du jour comme une importante victoire. La fédération lutte contre la taxe du gouvernement de Justin Trudeau, mais elle s'opposait aussi à la taxe sur le carbone de 25 $ la tonne que prévoyait d'imposer le Manitoba.

Manitoba

Politique provinciale