•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Longueuil reprendra les rênes de son marché public

Des clients au Marché public de Longueuil.

Le Marché public de Longueuil a ouvert ses portes en 2014.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Radio-Canada

La Ville de Longueuil deviendra propriétaire de son marché public l'an prochain. Il y a quelques mois, l'Association des producteurs maraîchers du Québec (APMQ) a avisé la municipalité qu'elle cesserait d'exploiter ce marché déficitaire.

L'organisation sans but lucratif accumule en effet des déficits depuis l’ouverture du marché, en 2014.

C’est la Ville de Longueuil qui a approché l’Association, l'année précédente, pour construire et gérer un marché public.

Il y a deux ans, l'APMQ reconnaissait que le marché de Longueuil était toujours à la recherche de sa clientèle, mais elle se disait convaincue que les affaires allaient s'améliorer.

Depuis, de toute évidence, elles ne se sont pas améliorées suffisamment.

« On n’est pas capable de soutenir [cette entreprise en démarrage] plus longtemps », a expliqué en entrevue le directeur général de l'APMQ, Jocelyn St-Denis.

Notre mission, ce n’est pas de gérer un marché de détail où il y a 90 % de l’offre qui n’est pas du fruits et légumes.

Jocelyn St-Denis, directeur général de l'APMQ

Dans le contrat de 30 ans qui liait l’APMQ à la municipalité, il était prévu que les producteurs puissent s’en retirer, moyennant un préavis d’un an.

Cet avis étant venu en avril dernier, c’est en avril prochain que la Ville prendra la relève.

Longueuil versera un peu plus de 7 millions de dollars à l’Association pour faire l’acquisition du marché public, dont elle entend confier la gestion au secteur privé.

L’administration de Sylvie Parent dit croire en l'avenir du marché public, situé chemin de la Savane, au coeur d'un secteur en pleine croissance.

Elle a d’ailleurs rencontré ses marchands la semaine dernière, histoire de les rassurer.

D’après un reportage de Marc Verreault

Grand Montréal

Commerce