•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment expliquer la déconfiture du NPD au Nouveau-Brunswick?

Jennifer McKenzie discute avec une citoyenne de Saint-Jean.

Bien qu'elle soit chef du NPD pour l'ensemble de la province, Jennifer McKenzie a concentré ses efforts dans sa circonscription pendant les élections.

Photo : Julia Wright / CBC

Radio-Canada

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a seulement récolté 5 % des voix lors des élections provinciales du 24 septembre dernier. C'est beaucoup moins que les 13 % recueillis par cette formation en 2014.

Un texte de Camille Martel

Les néo-démocrates sont loin derrière le Parti vert et l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, qui ont obtenu chacun environ 12 % des voix.

Pourquoi? Il y a plusieurs facteurs qui entrent en jeu, affirme Mario Lévesque, politologue à l’Université Mount Allison.

Premièrement, le changement de chef a entraîné une réorientation importante du parti, estime le politologue. L’ancien chef du NPD du Nouveau-Brunswick, Dominic Cardy, a amené le parti plus au centre, dit-il, alors que la nouvelle chef, Jennifer McKenzie, l’a ramené vers la gauche.

Les gens qui avaient voté pour les politiques économiques plus à droite de M. Cardy en 2014 ont peut-être voté cette année pour les progressistes-conservateurs ou bien l’Alliance, explique M. Lévesque.

Mario Lévesque, politologue à l’Université Mount Allison.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mario Lévesque, politologue à l’Université Mount Allison.

Photo : Radio-Canada

C’est un gros changement de vote pour eux cette année.

Mario Lévesque, politologue à l’Université Mount Allison

Dans la même optique, les politiques de gauche du NPD n’étaient pas assez élaborées comparativement à celles proposées par les libéraux ou par le Parti vert, selon lui.

Sur la justice sociale, par exemple, les libéraux l’ont emporté parce qu’ils ont davantage chiffré leurs promesses avec des gros investissements, illustre le politologue, en ajoutant que, du côté de l’environnement, les verts ont récolté les votes parce que leurs intentions étaient plus claires.

Des efforts dans les mauvaises circonscriptions

Jennifer McKenzie n’aurait pas dû concentrer ses efforts dans sa circonscription de Saint-Jean-Havre, selon Mario Lévesque.

Ils ont voulu faire comme Coon en 2014, c’est-à-dire concentrer tous leurs efforts dans une circonscription pour faire élire leur chef, mais ça n’a pas marché pour le NPD, soutient le politologue.

La preuve, dit-il, c’est que des circonscriptions du nord de la province, comme Bathurst et Tracadie, ont récolté plus de votes pour les candidats du NPD que celle de Jennifer McKenzie.

De son côté, Jennifer McKenzie défend sa stratégie : On pense que c’était important de mettre des efforts dans cette circonscription parce qu’il y a beaucoup de choses qu’on aurait pu faire là-bas.

Elle admet que des ajustements devront être faits, mais elle considère avoir mené une bonne campagne. Je suis chef depuis environ un an et je suis fière de ce que j’ai accompli. Notre plateforme était chiffrée, verte, progressiste, et on a présenté 50 % de femmes.

Jennifer McKenzie, chef du Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jennifer Mckenzie, chef du Nouveau parti démocratique du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Nous sommes tous déçus, c’est sûr, mais c’est le choix des Néo-Brunswickois.

Jennifer McKenzie, chef du Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick

Les troupes demeurent engagées

Les candidats du NPD demeurent optimistes, assure Jennifer McKenzie. C'est d'ailleurs le cas de Thérèse Tremblay, candidate pour le NPD dans Campbellton-Dalhousie : Il y a un avenir pour notre parti, mais il faut faire des changements pour essayer de trouver des solutions.

Mme Tremblay admet qu'elle s'attendait à un appui plus grand des électeurs. C’est un peu décevant. Au porte-à-porte, les gens disaient qu’ils voulaient un changement, donc je suis surprise que les libéraux soient entrés aussi fortement.

Thérèse Tremblay, candidate du NPD dans la circonscription de Campbellton-Dalhousie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Thérèse Tremblay, candidate pour le NPD dans la circonscription de Campbellton-Dalhousie.

Photo : Radio-Canada

J’y crois encore.

Thérèse Tremblay, candidate du Nouveau Parti démocratique dans Campbellton-Dalhousie

Tous les candidats du NPD qui se sont présentés aux dernières élections vont rencontrer leur chef à la fin de mois d'octobre. Il y aura peut-être une autre élection bientôt et on veut être prêts, indique Jennifer McKenzie.

De son côté, Thérèse Tremblay ne confirme pas qu'elle se représentera, mais ne ferme pas la porte à cette éventualité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale