•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des « REER verts » qui investissent dans le pétrole

Des cheminées.
Une raffinerie Photo: Radio-Canada / La facture
Radio-Canada

Une cliente de Desjardins considère que ses fonds de placement SociéTerre sont de l'écoblanchiment. Elle estime que ces REER ne sont pas aussi verts qu'on le dit, car ils investissent dans des entreprises pétrolières et gazières.

Un texte d’Yvan Lamontagne, à La facture 

Leïla Chekir est une passionnée de l’environnement. Elle déploie tous les efforts imaginables pour lutter contre les changements climatiques. Son aversion contre le pétrole est éloquente. C’est d’ailleurs pourquoi elle et son conjoint possèdent deux autos entièrement électriques.

Assise chez elle, Leïla Chekir.Leïla Chekir Photo : Radio-Canada / La facture

« Pour 1 $, on fait 100 km. En plus d’être un choix environnemental, c’est vraiment plus économique », explique-t-elle.

Ses valeurs restent les mêmes lorsqu’elle aborde les questions financières. Par exemple, elle a décidé d’investir son REER, son régime enregistré d’épargne-retraite, dans les portefeuilles SociéTerre Desjardins, des placements qu’elle croyait respectueux de l’environnement.

On annonce ça comme des REER verts, de l’investissement responsable, avec un impact concret sur la planète, sur ses habitants.

Leïla Chekir

Mais après une recherche plus approfondie, Mme Chekir se rend compte que, parmi la dizaine de fonds SociéTerre, certains ont des intérêts dans des entreprises pétrolières et gazières comme Altagaz, Enbridge ou China Petroleum. Pour elle, les énergies fossiles n’ont pas leur place dans des fonds qui portent le nom de SociéTerre.

Le chef de produits en investissement responsable pour Desjardins, Denis Dion, nous indique que la majorité des fonds SociéTerre exclut trois secteurs d’investissement : l’armement, le nucléaire et le tabac. Le pétrole n’est pas encore un secteur d’exclusion en soi.

Denis Dion.Denis Dion, chef de produits en investissement responsable pour Desjardins Photo : Radio-Canada / La facture

Malheureusement, encore aujourd’hui, en 2018, le pétrole [occupe] une place importante dans nos activités économiques.

Denis Dion

Dans une publicité de Desjardins sur l’investissement responsable, il est écrit que les secteurs énergétiques, y compris l’industrie du pétrole, représentent une partie importante du marché boursier canadien et que leur inclusion permet de l'influencer alors que leur exclusion prive du rendement qu’ils génèrent.

Bouchra M’Zali, professeure au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), dit comprendre les frustrations de clients comme Leïla. Malheureusement, ajoute-t-elle, ce type d’investisseurs ne pèse pas encore suffisamment lourd pour changer les marchés.

Bouchra M’Zali.Bouchra M’Zali à l’UQAM Photo : Radio-Canada / La facture

Même si eux n’investissent pas, il y aura toujours un autre investisseur. Parce que tous n’ont pas la même sensibilité à ces enjeux environnementaux. Donc, il y aura toujours preneur.

Bouchra M’Zali

Mais Denis Dion précise que les fonds SociéTerre s’éloignent de plus en plus du pétrole. Une position qui réjouit Bouchra M’Zali. La spécialiste de l’UQAM est persuadée que le monde est en train de changer plus vite qu’on pense. Il y a 20 ans, on ne parlait jamais d’investissement responsable ni de risques extrafinanciers, souligne Bouchra M’Zali, mais aujourd’hui, oui.

Desjardins a fait savoir le 27 septembre dernier que trois nouveaux fonds SociéTerre sans pétrole sont désormais offerts. Ils s’ajoutent aux trois placements SociéTerre sans pétrole qui existaient déjà.

Le reportage d’Yvan Lamontagne et de Stéphanie Allaire est diffusé le 9 octobre à  La facture sur ICI TÉLÉ.

Environnement

Économie