•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux Albertaines nommées au Sénat

Paula Simons (à gauche) et Patti LaBoucane-Benson (à droite).

Paula Simons (à gauche) et Patti LaBoucane-Benson (à droite).

Photo : Facebook/Youtube

Radio-Canada

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé, mercredi, la nomination de trois nouveaux sénateurs indépendants, dont deux Albertaines : Paula Simons et Patti LaBoucane-Benson.

Chroniqueuse politique à l'Edmonton Journal, Paula Simons a rempli différentes fonctions dans le milieu journalistique. Elle a notamment été réalisatrice pour CBC/Radio-Canada à Edmonton et à Toronto. Elle a aussi collaboré à un livre à succès sur l’histoire de l’Alberta, Alberta : 100 years a Home.

Patti LaBoucane-Benson, qui est une Métisse, travaille depuis longtemps auprès des familles autochtones, indique un communiqué du Cabinet du premier ministre. Depuis 15 ans, elle est directrice de l’organisme BearPaw Research, Training, and Communication. Le principal objectif de cet organisme est d’aider les peuples autochtones à mieux comprendre leurs droits et leurs responsabilités selon la loi, afin d’éliminer les sentiments de désespoir et d’impuissance qu’ils peuvent ressentir lorsqu’ils ont affaire au système judiciaire.

La troisième personne nommée est l'Ontarien Peter M. Boehm. Il a connu une longue carrière consacrée aux affaires étrangères. Il a récemment été appelé à agir à titre de sous-ministre pour le Sommet du G7 et de représentant personnel du premier ministre.

Déception affichée

Le président de l’Association canadienne-française de l’Alberta, Marc Arnal, reconnaît le « bagage professionnel impressionnant » des deux Albertaines. « Cependant, je ne peux m’empêcher de penser que depuis la retraite de l’ancienne sénatrice, madame Claudette Tardif, fière francophone de l’Alberta, la voix des francophones de chez nous n’est plus représentée à la Chambre haute, » déplore-t-il.

Le leader de l’opposition albertaine, Jason Kenney, critique lui aussi ce choix, mais pour des raisons différentes. « Ces personnes n’ont aucun mandat démocratique », fait-il remarquer.

Il rappelle que l’Alberta a tenu des élections, en 2012, pour désigner des candidats aux postes de sénateurs, mais que le gouvernement fédéral n’en a pas tenu compte. « C’est un manque de respect pour la démocratie », soutient-il.

Justin Trudeau a nommé 43 sénateurs depuis son arrivée au pouvoir. Comme les précédents, ces trois nouveaux sénateurs siégeront comme indépendants. Ce changement fait partie de la stratégie du premier ministre visant à éliminer la partisanerie au Sénat.

Le groupe des sénateurs indépendants constitue maintenant le groupe le plus important de la chambre haute, avec 47 sièges, alors que les conservateurs en comptent 31, les libéraux en ont 11 et les non affiliés sont 8. Il reste 6 sièges vacants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique fédérale