•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois partis officiels à l'Assemblée législative à la reprise des travaux

Une statue de la reine Victoria veille devant l'assemblée législative du Manitoba

L'assemblée législative manitobaine, à Winnipeg

Photo : Radio-Canada / Emmanuelle De Mer

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour la première fois en plus de 20 ans, trois partis officiels prendront place sur les bancs de l'Assemblée législative du Manitoba, mercredi, à la reprise des travaux.

Le gouvernement progressiste-conservateur, qui entame la troisième année de son mandat, continuera sa poursuite de l'équilibre budgétaire et poursuivra la réforme du système de santé.

Cependant, cette année, les libéraux pourront poser plus de questions au gouvernement après avoir obtenu le statut de parti officiel grâce à la victoire de Dougald Lamont dans la circonscription de Saint-Boniface. Le Parti libéral du Manitoba avait perdu son titre de parti officiel à l'Assemblée législative en 1995.

Le leader à la Chambre du Parti progressiste-conservateur du Manitoba, Kelvin Goertzen, a toujours aimé les débats lors de la période de questions, mais affirme avoir une nouvelle perspective au sujet des travaux de la nouvelle session depuis qu’il est le ministre responsable de l'Immigration.

« Il y a beaucoup de nouveaux Canadiens qui trouvent cela extraordinaire qu'on puisse avoir ce genre de discussions avec le gouvernement et ne pas avoir à s'inquiéter que quelqu'un vienne vous chercher pendant la nuit », explique le député de Steinbach.

Celui qui est également ministre de l'Éducation affirme que son gouvernement adoptera les projets de loi qui n'ont pas été adoptés lors de la dernière session, notamment ceux sur les changements climatiques qui entraîneraient une taxe sur le carbone.

Kelvin Goertzen en entrevueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kelvin Goertzen, ministre de la Santé du Manitoba

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

L'éducation dans la mire

Le chef de l'opposition néo-démocrate, Wab Kinew, s'attend à ce que Kelvin Goertzen occupe une place prépondérante lors de cette session législative. Selon lui, le système d'éducation du Manitoba sera soumis au même examen minutieux et aux mêmes réductions budgétaires que le secteur de la santé.

Wab Kinew pense aussi que la taxe sur le carbone constituera une question importante cet automne, parce que la loi devrait être votée en décembre.

« Le premier ministre Brian Pallister demande aux familles de payer 5 $ à la pompe, pour économiser 2 cents sur une tasse de café. C'est une équation qui n’aide pas les contribuables et ça n'apporte rien à l’environnement », ajoute le chef du NPD.

Gros plan sur Wab KinewAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Wab Kinew, chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Wab Kinew aura de l’aide pour interroger le gouvernement durant la période des questions. Le chef libéral, Dougald Lamont, occupera son siège pour la première fois depuis sa victoire à Saint-Boniface.

Il se dit enthousiaste à l'idée de se présenter pour la première fois à l'Assemblée législative afin d'interroger le premier ministre, mais il ne veut pas dire sur quel sujet portera sa première question.

L'état des finances d’Hydro-Manitoba et le système de la santé seront les dossiers sur lesquels les libéraux s’attarderont. Dougald Lamont ajoute que le gouvernement progressiste-conservateur ne fait pas preuve de prévoyance.

un homme avec des lunettes, en gros plan, parle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dougald Lamont, député pour Saint-Boniface

Photo : Radio-Canada

« Il ne semble pas y avoir de stratégie pour la réduction de la pauvreté, ni pour la croissance de l'économie, ce qui va au-delà des réductions d'impôt. Les réductions d'impôt n'apportent pas de croissance économique. Il faut des investissements et des réinvestissements », dit le chef libéral.

La députée de Charleswood, Myrna Driedger, reprendra son rôle de présidente de la Chambre. Elle a averti les trois partis présents que leurs échanges devaient être civilisés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !