•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposition craint que Doug Ford n'abolisse les allocations aux partis politiques

Le chef du Parti progressiste conservateur, Doug Ford, serrant la main de quelques partisans.

Doug Ford, pendant la campagne électorale

Photo : La Presse canadienne / MARTA IWANEK

Radio-Canada

Le NPD, les libéraux et les verts appréhendent que le premier ministre Doug Ford n'aille de l'avant avec sa promesse d'abolir les subventions versées aux partis politiques, qui doivent se partager plus de 12 millions de dollars en allocations cette année.

Ces allocations qui reflètent le pourcentage des votes obtenu par chaque parti lors des dernières élections ont été mises en place en 2017, après que l’ancien gouvernement libéral eut banni les dons politiques des entreprises et des syndicats, en plus de réduire la contribution maximale qu’un individu peut faire à un parti.

Durant la course à la chefferie des conservateurs, Doug Ford a promis de mettre fin à ce système de subventions qu’il a qualifiéd’aide sociale politique. Lorsque j’aurai été élu premier ministre, je vais défendre les contribuables ontariens et éliminer l’allocation par vote aux partis politiques, a-t-il commenté sur Facebook en février dernier.

Le chef du Parti vert, Mike Schreiner, rétorque que le financement public est l’approche la plus démocratique qui soit.

Ça me préoccupe beaucoup, parce qu’on ne veut pas que la politique ontarienne soit à nouveau dominée par l’argent.

Mike Schreiner, chef du Parti vert
Le chef du Parti vert de l’Ontario, Mike Schreiner, devant Queen's Park

Le chef du Parti vert de l’Ontario, Mike Schreiner

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

La chef du NPD, Andrea Horwath, abonde dans le même sens. On ne veut pas revenir à la triste époque pendant laquelle les libéraux organisaient des soupers-bénéfices [avec des ministres], dit-elle.

Les libéraux, qui ont accumulé une dette de 9 millions de dollars, admettent qu’il serait difficile pour le parti de sortir du rouge sans les allocations provinciales. C’est une préoccupation, dit le chef libéral intérimaire, John Fraser. Ça ne rendrait pas les choses plus faciles [si les subventions étaient abolies], mais on a pensé [à cette possibilité].

Allocations annuelles aux partis politiques (prévisions pour 2019) :

  • PC : 5,5 millions de dollars
  • NDP : 4,6 millions de dollars
  • Libéraux : 2,6 millions de dollars
  • Verts : 630 000 $

Pas une priorité, selon le gouvernement

De son côté, le président du Conseil du Trésor, Peter Bethlenfalvy, affirme que l’abolition des allocations aux partis politiques ne fait pas partie de ses priorités pour l’instant.

Nous avons un déficit de 15 milliards de dollars, explique-t-il, alors on doit mettre l’accent sur les grosses choses.

Avec les informations de CBC

Toronto

Politique provinciale