•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opérer un ourson en peluche pour réconforter un enfant

Une première pour le neurochirurgien Daniel McNeely : il a opéré un ourson cette semaine pour apaiser un de ses petits patients.
Une première pour le neurochirurgien Daniel McNeely : il a opéré un ourson cette semaine pour apaiser un de ses petits patients. Photo: Twitter @pdmcneely

Un neurochirurgien d'Halifax a réalisé une opération sans précédent dans sa carrière, récemment, quand un jeune patient lui a demandé de réparer son ourson en peluche avant de monter sur la table d'opération.

Le Dr Daniel McNeely s’occupe du jeune Jackson McKie, 8 ans, depuis qu’il est nouveau-né. Comme plusieurs de ses jeunes patients, le garçon a apporté son ourson en peluche lorsqu’il s’est rendu au bloc opératoire, jeudi dernier.

Jackson McKie, de Summerside à l’Île-du-Prince-Édouard, souffre d’une anomalie neurologique sévère et a un kyste au cerveau.

Le chirurgien n’a pas pu refuser lorsque le patient lui a demandé de réparer une déchirure sur son ami en peluche, juste avant l’opération.

C’est quelque chose que je pouvais faire pour qu’il se sente mieux. Ça me semblait être un geste simple et j’étais heureux de le faire.

Le Dr Daniel McNeely

Le médecin a demandé aux infirmières de préparer une petite table avec des instruments chirurgicaux et a utilisé la même procédure que sur ses jeunes patients pour recoudre l’ourson.

Le chirurgien a utilisé la même procédure pour faire des points de suture à l’ourson.Le chirurgien a utilisé la procédure habituelle pour faire des points de suture à l’ourson. Photo : Twitter @pdmcneely

Il s’agit d’un des êtres humains les plus gentils que j’ai rencontrés de toute ma vie, affirme le père de Jackson, Rock McKie.

Une photo populaire

Un médecin en résidence a pris une photo de l'opération inusitée et le Dr Daniel McNeely l’a partagée sur Twitter, avec la mention comment aurais-je pu refuser?

Mercredi matin, la publication avait été aimée plus de 20 000 fois et partagée près de 7000 fois, en plus d’être la source de centaines de commentaires.

Je me disais bien que ça ferait sourire quelques personnes, lance le chirurgien.

Nouvelle-Écosse