•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford veut abolir la loi qui garantit plus de congés aux Ontariens

Un caissier dépose une pièce d'un dollar dans une caisse enregistreuse.

Une caisse enregistreuse

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

Pour le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, la Loi pour l'équité en milieu de travail et de meilleurs emplois a engendré la perte d'emplois dans de petites entreprises. Pour les néo-démocrates à Queen's Park, cette loi a fait progresser les normes du travail en Ontario. Toutefois, à entendre le premier ministre, les jours de cette dernière, adoptée sous les libéraux, sont comptés.

Un texte d’Eve Caron

Nous allons abolir la Loi 148, a déclaré Doug Ford, à la surprise générale mardi, en Chambre devant les élus.

Il avance qu’un magasin Home Hardware qu’il a visité a dû mettre à pied trois de ses sept employés en raison de cette loi adoptée en novembre 2017 lorsque les libéraux étaient au pouvoir.

Elle oblige notamment les entreprises à accorder trois semaines de vacances aux Ontariens qui travaillent pour le même employeur depuis cinq ans. Elle donne aussi le droit aux employés de prendre jusqu’à 10 jours de congé de maladie ou pour une urgence personnelle par année, dont 2 journées rémunérées.

Mais ira-t-il jusqu’à l'abolir? Son ministre du Développement économique et de la Création d'emplois, Jim Wilson, est plus nuancé.

Nous sommes en train de la réviser et nous en aurons plus long à dire plus tard, précise le ministre Jim Wilson.

Il ajoute que certaines portions de la loi pourraient demeurer en place, alors que d’autres seront abolies. M. Wilson dit vouloir garder des journées de congé, sans préciser de chiffre.

Nous nous penchons sur tous les aspects, insiste-t-il.

La Loi pour l'équité en milieu de travail et de meilleurs emplois prévoyait une hausse du salaire minimum à 15 $ de l’heure dès janvier. Or, la semaine dernière, la ministre du Travail, Laurie Scott, confirmait que le salaire minimum allait demeurer à 14 $ de l’heure jusqu’à nouvel ordre.

En mêlée de presse, Jim Wilson a assuré que plusieurs entreprises et leaders du monde des affaires ont évoqué des inquiétudes par rapport à des dispositions de la Loi.

L’opposition néo-démocrate déplore toute modification à cette loi.

Prendre des gains des travailleurs, dont plusieurs souffrent en raison de l’économie, c’est mal, dénonce le Nouveau Parti démocratique de l'Ontario.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale