•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti québécois est loin d’être mort, selon le député de Jonquière

Le député de Jonquière est confiant pour l'avenir de son parti.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le député péquiste de Jonquière qui a survécu au raz-de-marée caquiste, Sylvain Gaudreault, n'avait jamais imaginé se retrouver dans le troisième parti d'opposition.

Même si son parti a perdu son statut de groupe parlementaire et compte moins de députés que Québec solidaire, il n’est pas question pour lui d'enterrer sa formation politique.

Je ne pensais pas qu'on serait juste neuf. On est encore sous le choc du résultat. On est encore sous le choc du départ de notre chef.

Sylvain Gaudreault, député de Jonquière

Même si le Parti québécois ignore encore quels seront ses moyens financiers ni combien de temps de parole il aura à l'Assemblée nationale, Sylvain Gaudreault estime que sa formation est toujours vivante.

 On a 80 000 membres, ce n'est pas rien ça 80 000 membres. C'est plus fort que tous les partis ensemble qui sont réunis , explique-t-il.

Si le nom de Véronique Hivon semble s'imposer, celui de Sylvain Gaudreault circule aussi pour remplacer Jean-François Lisée. Cependant, selon l'ex-chef par intérim, il est trop tôt pour prendre des décisions.

 On panse nos plaies. On parle à nos amis qui sont défaits. On se réunit, le nouveau caucus. On travaille en équipe et on va avancer. On a un chef que ça fait même pas 24 heures qu'il a annoncé qu'il quittait. Donc, s’il-vous-plaît passons à autre chose , ajoute le député.

Le seul député péquiste du Saguenay-Lac-Saint-Jean promet d'avoir la CAQ à l'oeil tout en travaillant à reconstruire son parti.

 On est sonnés, stupéfaits, on est groggys, on est comme avec une gueule de bois, mais on va continuer à aller dans ce qui est notre force, le membership, les idées, la souveraineté pis c'est comme ça qu'on va avancer. On a eu toute une claque hier, donc à la fois lucidité, mais convictions , conclut-il.

Même si le post-mortem de la campagne électorale reste à faire, Sylvain Gaudreault sait que son parti devra clarifier son message.

Selon le reportage de Priscilla Plamondon Lalancette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique provinciale