•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2000 élèves anichinabés ont maintenant leur propre système d'éducation

Au micro devant le nouvel édifice du Kinoomaadziwin Education Body, le grand chef de la Nation anichinabée, Glen Hare, s'adresse aux invités.
Le grand chef du conseil de la Nation anichinabée, Glen Hare, a pris la parole lors de la cérémonie d'inauguration officielle de l'organisme de direction du système d'éducation de sa nation. Photo: Radio-Canada / Mathieu Grégoire
Radio-Canada

Les membres de 23 Premières Nations anichinabées célèbrent le lancement officiel de leur nouveau système d'éducation, un système qui leur permet de mettre à l'avant-plan l'enseignement de leur langue et de leur culture. Le siège social de cette nouvelle entité, le Kinoomaadziwin Education Body, a aussi été inauguré mardi matin.

Un texte de Mathieu Grégoire

Il aura fallu plus de vingt ans à la Nation anichinabée et au gouvernement fédéral pour arriver à une entente en matière d’autonomie de gouvernance en éducation.

L’accord est entré officiellement en vigueur le 1er avril dernier et sa mise en oeuvre est en cours depuis.

L’ouverture des nouveaux bureaux, situés à quelques kilomètres à l’ouest de North Bay, marque ainsi un tournant important dans l’accomplissement de cette prise en charge de l’éducation de jeunes anichinabés.

Près de 2000 élèves de l’élémentaire et du secondaire sont maintenant sous la responsabilité du Kinoomaadziwin Education Body.

L’organisme de direction jette les bases des curriculums scolaires et chacune des 23 nations peut adapter les objectifs et les méthodes d’enseignement selon ses préférences.

Nous sommes là davantage pour développer les programmes et épauler les nations dans leur application, parce que ce sont elles qui sont les leaders de leur école.

Kelly Crawford, directrice de l’Éducation, Kinoomaadziwin Education Body

En contrôlant son propre système d’éducation, la Nation anichinabée veut offrir un environnement d’apprentissage à ses élèves qui reflète davantage ses traditions et ses croyances.

En vertu de cet accord, le gouvernement fédéral accordera 55 millions de dollars annuellement au Kinoomaadziwin Education Body, ce qui permettra aux écoles d’avoir plus de ressources pédagogiques et d’adapter leur approche éducative.

Enfant dans une salle de classe avec des dessins sur les murs.Enfant de la Nation anichinabée qui dessine dans une école sur la réserve de Whitefish River Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Les classes pourront se donner à l’extérieur, par exemple, affirme la négociatrice en chef pour la Nation anichinabée, Tracey O’Donnell. Une façon, selon elle, d’apprendre sur le terrain « notre identité, notre culture et même notre géographie ».

Autre entente pour les écoles publiques

La Nation anichinabée travaille aussi à la mise en oeuvre d’une autre entente avec le gouvernement provincial de l’Ontario qui touche les élèves anichinabés fréquentant une école publique hors réserve.

Le Kinoomaadziwin Education Body pourra notamment consulter le dossier scolaire d’un élève pour suivre son rendement et coordonner des ressources supplémentaires au besoin pour assurer son succès. Des initiatives dans ce sens sont prévues, mais la province ne les a pas encore financées, précise Kelly Crawford.

Les Anichinabés cherchent aussi à encourager les conseils scolaires à intégrer dans les curriculums généraux davantage de notions sur l’histoire et la culture autochtone. L’embauche de personnel issu de la Nation anichinabée fait également partie des pourparlers.

Éducation

Société