•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obésité : des patients sans traitement, déplorent des spécialistes

Marie-Philippe Morin et son patient Jérôme Gosselin

Marie-Philippe Morin et son patient Jérôme Gosselin

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Radio-Canada

Des spécialistes en obésité critiquent le trou médical dans lequel se retrouvent les patients qui ne sont pas admissibles à la chirurgie bariatrique. Très peu d'options s'offrent à eux, et bien souvent, elles sont très coûteuses.

« Ils tombent un peu entre deux chaises dans le système de santé », déplore Marie-Philippe Morin, spécialiste en médecine interne et bariatrique à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ).

Dre Morin évalue que la moitié des patients ne sont pas admissibles à cette chirurgie.

Marie-Philippe Morin, spécialiste en médecine interne et bariatriqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Marie-Philippe Morin, spécialiste en médecine interne et bariatrique

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

La docteure estime que ces patients auraient besoin d’une prise en charge médicale pour se soigner. Un tel programme multidisciplinaire qui combine l’aide de plusieurs professionnels de la santé existe déjà en Ontario.

« Si on regarde le modèle ontarien, ils ont un programme médical avec modification des habitudes de vie, des professionnels nutritionnistes, des psychologues, des kinésiologues de pharmacologie. Il y a ces options qu’on peut offrir et qu’on devrait offrir », déplore la médecin.

On a 1 Canadien sur 4 qui est obèse et 1 enfant sur 10.

Marie-Philippe Morin, spécialiste en médecine interne et bariatrique à l'IUCPQ

Pour avoir accès à ces services, les patients doivent bien souvent se tourner vers le privé. Dre Morin estime que seulement 10 % des assureurs remboursent la pharmacologie.

« Les patients déboursent 50 à 100 $ pour une consultation. À ce prix-là, on ne fait pas 10 rencontres. C’est un peu la problématique actuelle », constate-t-elle.

Jérôme Gosselin souffre d'insuffisance rénaleAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jérôme Gosselin souffre d'insuffisance rénale

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Vers la guérison

Jérôme Gosselin souffre d’insuffisance rénale et est devenu obèse en raison des médicaments qu’il doit prendre pour sa dialyse. Pour être admissible à sa greffe de rein, l’homme de 36 ans se devait de perdre du poids. Par contre, il n’était pas admissible à la chirurgie bariatrique.

« Il fallait trouver d’autres solutions. Présentement, on est un peu livré à nous-même », croit-il.

Il se considère chanceux d’être tombé sur Dre Morin. Grâce à son aide, il a perdu près de 25 kilos. Son objectif est de perdre 7 autres kilos, ce qui lui permettrait de recevoir une greffe de rein.

« Je garde espoir. Juste à 36 ans, faire de la dialyse le restant de ses jours ce n’est pas une option qui est super le fun », raconte Jérôme Gosselin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Obésité