•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

La chasse au féminin dans les années 1980

Trois femmes vêtues de dossards orange tirent au fusil dans une forêt.

Des chasseuses s'entraînent au tir dans les années 1980.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Au Québec, l’automne rime avec la chasse. Traditionnellement réservée aux hommes, cette activité sportive attire un nombre grandissant de femmes depuis quelques années. De nos archives, découvrez quelques pionnières qui ont participé à la popularisation de la chasse dans les années 1980.

Au Québec, la chasse a longtemps été réservée à une certaine élite masculine. Des clubs privés contrôlaient la majorité des territoires de chasse et de pêche dans la province.

À la fin des années 1970, la chasse s’est largement démocratisée. En 1976, le gouvernement de René Lévesque a mis en œuvre une nouvelle réglementation avec l’établissement de permis, de réserves fauniques et de zones d’exploitation contrôlée. Les clubs privés ont été abolis. Mais la chasse était-elle vraiment ouverte aux femmes?

Reportage de Michèle Pérusse qui accompagne quatre chasseuses en forêt et recueille leurs témoignages.

Ce reportage du magazine Femme d’aujourd’hui du 30 octobre 1981 témoigne de cette transition.

Passionnées de chasse, Diane Côté, Pauline Gravel, Céline Legault et Lilian Côté s'adonnent à leur passe-temps favori. La journaliste Michèle Pérusse va à leur rencontre dans le bois où elles s'entraînent. Comment sont-elles devenues chasseuses? D'où leur vient ce plaisir? Quelles sont leurs attentes? Autant de questions auxquelles elles répondent entre deux exercices de tir, évoquant aussi quelques souvenirs de chasse.

Pauline Gravel raconte avoir commencé à chasser pour accompagner son mari. Elle y a pris goût et chasse désormais seule. Elle ne souhaite d’ailleurs pas croiser des hommes dans la forêt. « La plupart des hommes n'aiment pas ça, voir une femme à la chasse », explique-t-elle.

Céline Legault, pour sa part, rêve d’organiser un grand voyage de chasse entre femmes.

« Il y a beaucoup d'hommes qui ont toujours pris la chasse comme un territoire privilégié, un territoire où ils peuvent échanger entre hommes. Naturellement, c'est un endroit où c'est agréable d'être. Moi, je les comprends. J'aimerais aussi ça, partir à la chasse juste avec des femmes. »

— Une citation de  Céline Legault

Elles chassent pour le plaisir de se promener en forêt, d’appeler l’animal et de se mesurer à lui dans son élément.

Et elles aiment les armes à feu. « Quand je pose le doigt sur la gâchette, ça me donne un feeling extraordinaire », affirme Lilian Côté.

La chasse forme un ensemble d’activités. Les chasseuses soulignent l’importance de bien dépecer l’animal et de savoir l’apprêter.

Tendances chasse?

Défilé de mode de vêtements de chasse commenté par l'amateure de chasse Suzanne Lapointe et l'animateur Jacques Boulanger.

À regarder cette émission d’Allo Boubou du 21 septembre 1983, il semble aussi que la tenue vestimentaire constitue un aspect de première importance de la chasse.

Le ton est plus léger, mais il demeure que l’animatrice Suzanne Lapointe a été une véritable ambassadrice de la chasse dans les années 1980.

Au côté de l’animateur Jacques Boulanger, elle commente les vêtements de chasse présentés dans un défilé de mode. Elle prodigue également quelques conseils selon que l’on pratique la chasse fine, le tir au pigeon d’argile ou encore la chasse plus sérieuse.

Grâce à quelques pionnières et ambassadrices de la chasse au Québec sont nées plusieurs organisations destinées aux femmes. La chasse au féminin, en Outaouais, et Fauniquement femme, en Mauricie, permettent notamment aux femmes de s’initier à la chasse ou de simplement se réunir.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.