•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Valérie Plante compte sur le pragmatisme de François Legault

Les précisions de Jean-Sébastien Cloutier.
Radio-Canada

Le transport collectif est au cœur des dossiers que la mairesse de Montréal, Valérie Plante, compte mettre de l'avant dans ses rapports avec le nouveau gouvernement au pouvoir à Québec.

Mme Plante estime pouvoir compter sur « l’esprit très pragmatique de notre premier ministre » François Legault pour faire avancer ses dossiers.

Elle croit que le chef de la CAQ est ouvert aux différentes solutions qui pourraient permettre de décongestionner Montréal, même s’il est contre le projet d'ajout d'une ligne rose au métro de Montréal, solution préconisée par la mairesse pour décongestionner la ligne orange.

Elle dit attendre, en vue d'alimenter de futures discussions, les conclusions des études de l'Autorité régionale de transport métropolitain, qui se penche actuellement sur différents scénarios pour optimiser le transport en commun à Montréal.

On regardera ce qui sera le plus pertinent. […] À partir de là, on va continuer à jaser [avec le gouvernement].

La mairesse de Montréal, Valérie Plante

La mairesse souligne toutefois que « tout ajout de transport collectif », comme l’idée de la CAQ d’aménager un tramway qui irait de la pointe est de l’île de Montréal jusqu’au centre-ville, « vient mettre du poids sur le squelette de notre réseau de métro, qui est la ligne orange ».

Elle affirme que même si « on ne peut pas s’opposer » au plan de la CAQ, des solutions devront être trouvées pour alléger le réseau du métro.

« Je m’en remets aux faits »

Par ailleurs, Valérie Plante ne s’inquiète pas de voir seulement deux députés de la CAQ élus à Montréal et elle ne croit pas que cela remette en question le développement de la métropole.

« François Legault est un homme qui vient du milieu des affaires. Il comprend très bien que la métropole est la locomotive du Québec. Pensez-y, 55 % du PIB de la province vient de la grande région de Montréal », lance-t-elle.

C’est normal de vouloir faire en sorte qu’une métropole soit forte, qu’elle se démarque à l’international, qu’elle soit attractive pour les investissements, parce qu’on le sait, quand les investissements viennent à Montréal, ça profite à plein de régions. Même chose pour le tourisme. C’est un fait. Je m’en remets aux faits.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante

Transport en commun

Société