•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un dinosaure géant découvert en Afrique du Sud

Reconstitution artistique du Ledumahadi mafube.
Reconstitution artistique du Ledumahadi mafube Photo: Université de Witwatersrand/Viktor Radermacher,

Une nouvelle espèce de dinosaure, qui était certainement le plus grand animal terrestre il y a près de 200 millions d'années, a été mise au jour en Afrique du Sud.

Un texte d'Alain Labelle

La bête découverte par le paléontologue Jonah Choiniere et ses collègues de l’Université du Witwatersrand pesait 12 tonnes et mesurait environ 4 mètres de haut, ce qui correspond à peu près au double de la taille d'un gros éléphant d'Afrique.

Le fossile a été trouvé sur une falaise près de Clarens, une ville frontière entre l'Afrique du Sud et le Lesotho.

Le Ledumahadi mafube était un proche parent des dinosaures sauropodes et se nourrissait aussi de plantes.

D’autres dinosaures étaient encore plus gros, mais ils sont apparus bien plus tard dans l’évolution.

Par exemple, les sauropodes pesaient jusqu'à 60 tonnes et comprenaient des espèces bien connues comme le Brontosaurus et le diplodocus.

Le saviez-vous?

De paléontologues ont découvert en janvier dernier un sauropode appelé Mansourasaurus shahinae. Ce dinosaure mis au jour dans le désert du Sahara en Égypte vivait il y a environ 80 millions d’années et avait la taille d’un autobus.

Un prosauropode

L’animal découvert en Afrique du Sud était un prosauropode. Il se tenait sur quatre pattes, avec une posture rappelant celle des d'éléphants actuels. Toutefois, ses membres antérieurs auraient été plus accroupis.

Son nom signifie en sesotho, l’une des onze langues indigènes parlées en Afrique du Sud, un « coup de tonnerre géant à l'aube. »

« Le nom reflète la grande taille de l'animal ainsi que le fait que sa lignée est apparue aux origines des dinosaures sauropodes », explique Jonah Choiniere.

La première chose qui m'a frappé chez cet animal, c'est l'incroyable robustesse des os des membres inférieurs.

Blair McPhee

Sa taille rappelle certainement celle des gigantesques sauropodes. « Toutefois, alors que les bras et les jambes de ces animaux sont généralement très minces, ceux de Ledumahadi étaient très massifs », explique le Dr McPhee.

Selon moi, cela indique que le chemin évolutif vers le gigantisme chez les sauropodomorphes n’a pas suivi un long fleuve tranquille. Les réalités quotidiennes de ces bêtes, telles que manger et bouger, étaient beaucoup plus dynamiques qu'on ne le pensait jusqu’à aujourd’hui.

Blair McPhee

En outre, le Ledumahadi mafube possédait un cou mince, une tête minuscule et une très longue queue.

De deux à quatre pattes

La grande majorité des dinosaures géants marchaient sur quatre pattes, mais leurs ancêtres se déplaçaient sur deux pattes.

Les paléontologues tentent de comprendre ce changement évolutif depuis des décennies, mais ne possédaient pas de méthodes précises pour cerner l’évolution de la marche chez les sauropodes et leurs cousins.

En observant la microstructure osseuse du fossile, les scientifiques ont pu établir que l'animal s'est rapidement développé jusqu'à l'âge adulte. Il était âgé d’environ 14 ans.

« Des anneaux de croissance déposés annuellement et rapprochés à la périphérie montrent que le taux de croissance avait considérablement diminué au moment de sa mort. Cela indique que l'animal avait atteint l'âge adulte », explique la Dre Jennifer Botha-Brink.

Il est également intéressant de voir que les tissus osseux présentent une combinaison inhabituelle de caractères primitifs et évolués, ce qui laisse à penser que Ledumahadi représente une étape transitoire dans l'évolution.

De Johannesburg à Buenos Aires

Selon les chercheurs, Ledumahadi mafube est étroitement lié à d'autres dinosaures gigantesques d'Argentine qui ont vécu à la même époque, ce qui renforce l’idée selon laquelle le supercontinent de la Pangée était encore en place au début du Jurassique.

À l’époque, les dinosaures pouvaient facilement marcher de Johannesburg à Buenos Aires.

Le détail de cette découverte est l’objet d’un article publié dans la revue Current Biology (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Paléontologie

Science