•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les candidats dans Saint-Norbert-Rivière-Seine veulent un meilleur service d'autobus

Deux hommes et une femme.

Trois des cinq candidats du quartier Saint-Norbert-Rivière-Seine, Markus Chambers, Nancy Cooke et Glenn Churchill.

Photo : Radio-Canada / Warren Kay

Radio-Canada

Les cinq candidats qui se présentent dans le nouveau quartier électoral de Saint-Norbert-Rivière-Seine aux élections municipales tentent de se faire élire en promettant d'améliorer le service d'autobus pour la banlieue.

« Tout le monde milite pour le transport en commun parce que c'est un sujet d'actualité », affirme Chris Davis, un des candidats pour le quartier du sud de Winnipeg.

Les candidats disent que les utilisateurs des transports en commun de Saint-Norbert doivent subir de nombreux détours et des arrêts et qu'il n'y a qu'un petit nombre d'autobus les soirs et les fins de semaine.

« Un trajet qui prend 10 minutes en voiture ne devrait pas prendre plus d'une heure en autobus », ajoute Chris Davis, lui-même résident de Saint-Norbert.

Le candidat Markus Chambers dit que beaucoup de personnes prendraient l’autobus si le service était meilleur.

« Les bus sont trop petits. Donc, si vous partez du centre-ville, vous ne pourrez pas vous asseoir avant le boulevard Grandin. Le trajet devient très long », affirme-t-il.

La confiance des résidents dans le réseau de transport en commun de Winnipeg est inférieure à ce qu'elle devrait être, selon le fonctionnaire provincial.

Il promet deux façons d’améliorer les services s’il est élu le 24 octobre. D’abord, convertir tous les autobus en bus électriques et, ensuite, ajouter davantage de grands autobus pour des trajets rapides.

Le transport en commun est un réel problème.

Markus Chambers

Nancy Cooke, propriétaire d'une petite entreprise et ancienne bénévole du Parti progressiste-conservateur, dit que le manque de service dans le quartier est difficile pour sa famille.

« Mon fils travaillerait en ville comme sauveteur, mais ce n’est pas facile d’aller au centre-ville de Winnipeg, au milieu de la journée, samedi, pour un quart de travail de trois heures », raconte-t-elle.

Nancy Cooke affirme que les habitants se plaignent surtout du mauvais service en direction de certains secteurs de la ville, dont Tuxedo.

Plan directeur en chantier

La Ville examine actuellement des soumissions en vue de la création d'un plan directeur du transport en commun pour les 25 prochaines années à Winnipeg.

Le plan final est attendu pour janvier 2020, et Glenn Churchill, ingénieur en transports, souhaite que ce plan directeur réponde aux préoccupations des habitants du sud de Winnipeg.

Selon lui, son expérience de travail sur des chantiers de construction d'infrastructure à Winnipeg le distingue des autres candidats dans Saint-Norbert-Rivière-Seine.

« Des millions de dollars sont dépensés dans ce domaine et aucun membre du conseil municipal ne comprend ces choses ou n'a les connaissances techniques à ce sujet », affirme Glenn Churchill.

La voix des jeunes à l'Hôtel de Ville

Nikolas Joyal, 22 ans, est l'un des plus jeunes candidats à tenter sa chance pour devenir conseiller municipal.

Il aimerait voir plus de pôles d’échanges pour des autobus en périphérie de la ville et des trajets plus rapides.

Un homme devant un paysage automnal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nikolas Joyal veut donner une voix aux jeunes au conseil municipal.

Photo : Radio-Canada / Warren Kay

« Je ne pense pas que la Ville pense à long terme, a-t-il dit. Il n'y a pas de voix de jeunes au conseil municipal. J'espère apporter cette voix. »

L’étudiant en sciences politiques croit que, même si Saint-Norbert-Rivière-Seine est un « quartier de banlieue », les liens avec le reste de Winnipeg sont très étroits et le quartier n’est pas aussi isolé que l’on pourrait le penser.

Le quartier compte 47 765 résidents, selon les données du recensement de 2016.

Manitoba

Politique municipale