•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On va respecter nos engagements », assure François Legault

Les explications de Véronique Prince.
Radio-Canada

Le premier ministre désigné du Québec, François Legault, s'est engagé mardi à respecter l'ensemble de ses engagements électoraux au cours du mandat de quatre ans que lui ont confié les Québécois lundi soir. L'économie, l'éducation et la santé seront, dans cet ordre, les premiers dossiers auxquels il entend s'atteler.

Un texte de François Messier

Lors d'une conférence de presse tenue au Domaine Cataraqui, à Québec, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) a indiqué d'entrée de jeu qu'il voulait « rassembler les Québécois », lui qui a fondé son parti il y a un peu plus de six ans dans le but de « sortir de cette polarisation » qui divise fédéralistes et souverainistes depuis un demi-siècle.

J’ai une équipe exceptionnelle. Je suis convaincu qu’on va être capables de livrer la marchandise, convaincu qu’on va être capables de tenir parole sur nos engagements.

François Legault, premier ministre désigné du Québec

M. Legault a dit s'attendre à ce que son nouveau gouvernement soit assermenté dans environ deux semaines, comme cela est la coutume, même si le fait qu'il prendra part au 17e sommet de la Francophonie à Erevan, en Arménie, la semaine prochaine, bouscule quelque peu son programme.

Il y a une « bonne possibilité » que le retour des députés à l'Assemblée nationale s'effectue avant Noël, a-t-il aussi précisé, sans s'avancer davantage.

M. Legault a aussi confirmé que le secrétaire général de son gouvernement sera Yves Ouellet, qui est actuellement président-directeur général de la Société québécoise des infrastructures. Le premier fonctionnaire du gouvernement aura comme premier mandat de s'assurer que les hauts fonctionnaires et l'ensemble de la fonction publique « adhèrent aux changements » que la CAQ veut mettre en oeuvre.

Économie d'abord

Sans surprise, M. Legault a désigné l'économie comme étant son dossier prioritaire. Il dit vouloir revoir rapidement le rôle d'Investissement Québec, afin que l'organisme fasse plus de démarchage auprès d'entreprises étrangères susceptibles de s'implanter au Québec et d'y créer « plus d'emplois bien payés ». Les délégations générales du Québec à l'étranger seront mises à contribution à cette fin.

Le premier ministre désigné entend également « mettre en place des mesures concrètes pour commencer rapidement à remettre de l'argent dans le portefeuille des Québécois », comme il le martèle depuis de nombreuses années.

En matière de santé, François Legault dit vouloir entreprendre rapidement des discussions avec la Fédération des médecins omnipraticiens afin d'améliorer l'accès aux soins de première ligne.

La renégociation de l'entente avec les médecins spécialistes attendra quelque peu : M. Legault a indiqué que son gouvernement devra d'abord avoir en main les conclusions de l'étude qui doit être faite pour comparer les salaires des spécialistes du Québec et de l'Ontario. Il précise cependant avoir demandé à M. Ouellet s'il est possible d'avancer cette étude, prévue pour l'automne 2019.

Il entend également présenter rapidement un plan pour rénover les Centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD) et s'assurer que les résidents y sont soignés « avec dignité » et mettre en branle son projet de construire de nouvelles Maisons des aînés.

Le futur premier ministre du Québec a aussi indiqué qu'il se penchera à très court terme sur le nouvel accord commercial que le Canada a conclu avec les États-Unis et le Mexique cette semaine. Il doit s'entretenir à ce sujet avec la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, cet après-midi.

M. Legault dit avoir des « préoccupations » au sujet de cette entente, qui prévoit une nouvelle brèche dans le système de gestion de l'offre, qui régule la mise en marché de produits agricoles, dont le lait. Il dit vouloir étudier « toutes les options » à sa disposition, mais sans se commettre davantage.

Nuance sur les maternelles 4 ans

En éducation, M. Legault a réitéré que son objectif consiste à dépister les difficultés d'apprentissage chez les enfants de 4 ans, afin qu'ils puissent recevoir rapidement des soins en conséquence. Il a maintenu l'idée que cela passe par l'implantation de prématernelles pour les enfants de 4 ans d'ici cinq ans, mais n'a pas exclu que cela puisse se faire dans les centres de la petite enfance (CPE) à court terme.

« Même si on est en situation de gouvernement majoritaire, j'ai l'intention de collaborer avec les partis d'opposition », a indiqué le premier ministre désigné à ce sujet. « Quand il y a de bonnes idées, on peut en emprunter, tout en leur donnant le mérite. »

« Actuellement, il y a 20 % de ces enfants [de 4 ans] qui sont dans des CPE, donc, ce n'est pas négligeable. On va essayer de voir comment [faire] pour ne pas les échapper », a-t-il ajouté.

Notre engagement sur les prématernelles 4 ans, c'est sur cinq ans. Donc, si on est capable avec les CPE, les garderies, d'agir plus rapidement, c'est quelque chose que je suis ouvert à considérer.

François Legault, premier ministre désigné

Discussion avec Trudeau à venir sur l'immigration

François Legault a aussi maintenu son objectif d'abaisser rapidement le seuil d'immigration du Québec de 52 000 à 40 000 personnes, comme il s'y est engagé en campagne électorale. « Ce sera fait pour 2019 », a-t-il assuré sans détour.

Il dit ne pas avoir abordé le sujet avec le premier ministre canadien Justin Trudeau lors d'un entretien téléphonique qu'il a eu avec lui lundi soir. Il croit qu'il pourra discuter de ses propositions avec lui la semaine prochaine, en Arménie.

M. Legault a aussi rappelé qu'il comptait interdire le port de signes religieux ostentatoires chez les enseignants du primaire et du secondaire, quitte à recourir à la clause dérogatoire au besoin.

Le chef de la CAQ a aussi maintenu qu'il comptait implanter un nouveau mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire en vue de la prochaine élection générale, en 2022. Un pacte entre la CAQ, le Parti québécois, Québec solidaire et le Parti vert a été conclu à ce sujet avant la campagne électorale.

Il ne s'est toutefois pas avancé sur le statut que pourront obtenir le Parti québécois et Québec solidaire à l'Assemblée nationale. N'ayant pas remporté 12 sièges ni obtenu 20 % du vote populaire, ces deux partis ne devraient pas être officiellement reconnus comme groupes parlementaires. « On va avoir des discussions avec les partis, avec les gens de l'Assemblée nationale », s'est contenté de répondre M. Legault.

Les députés à l’Assemblée nationale

  • Coalition avenir Québec : 74 élus
  • Parti libéral du Québec : 32 élus
  • Québec solidaire : 10 élus
  • Parti québécois : 9 élus

Politique provinciale

Politique