•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de cannabis dans les lieux publics à Québec

Une fleur de cannabis.

Dans la production de marijuana, les cocottes sont le produit recherche. Le reste de la plante n'est que déchet.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Radio-Canada

Le maire de Québec a confirmé mardi matin que le cannabis sera formellement interdit de consommation dans les lieux publics. Du même souffle, Régis Labeaume a annoncé la mise sur pied d'un comité pour bien documenter les ravages de la légalisation du cannabis sur le territoire de la Ville de Québec.

Un texte de Louise Boisvert

Ces informations sont contenues dans deux sommaires décisionnels adoptés la semaine dernière par le comité exécutif et rendus disponibles sur le site internet de la Ville de Québec. Les élus en prendront connaissance mardi soir lors du conseil municipal. Ces deux règlements seront adoptés à deux semaines de la légalisation du cannabis au pays.

« C'est un phénomène qu'on ne connaît pas, souligne Régis Labeaume. C'est un nouveau paradigme et on y pensé longtemps ».

Nouveau cadre réglementaire

Après plus d'un an de réflexion, la Ville opte pour une « approche préventive », peut-on lire dans le sommaire décisionnel consulté par Radio-Canada.

Je pense que de jouer conservateur et de constater dans les prochains mois comment ça se passe partout au pays, et s'ajuster éventuellement, ça nous semble la position la plus responsable.

Régis Labeaume, maire de Québec

La Ville souhaite, dans un premier temps, « interdire l'action de fumer ou de vapoter du cannabis ainsi que tout produit dérivé du cannabis sur le domaine public ». Il sera également interdit d'avoir en sa possession du matériel ou équipement servant à la consommation d'une drogue dans les lieux publics.

Cette modification sera faite dans le Règlement sur la paix et le bon ordre.

Il est déjà interdit d'être en état d'ivresse dans une rue ou dans un parc. L'ivresse est définie pour préciser qu'elle peut être causée par l'alcool ou la drogue.

Comité de veille

Parallèlement, la Ville va mettre en place un comité regroupant des intervenants communautaires, de la santé publique et universitaire pour bien comprendre les répercussions de la légalisation du cannabis sur son territoire.

Le comité aura 18 mois pour émettre des recommandations.

Pas de cannabis au travail

Les élus doivent également adopter une modification au règlement sur l'éthique et les règles de conduite des employés.

La Ville interdit déjà à ses employés de consommer, sur les lieux de travail, des boissons alcoolisées ou encore des drogues susceptibles d'affecter leur jugement. Il sera précisé qu'il est « interdit d'y consommer du cannabis » peut-on lire dans le sommaire décisionnel.

Les employés ne peuvent pas non plus travailler avec les facultés affaiblies. Là encore, la Ville va ajouter une précision à son règlement en ce qui concerne le cannabis.

Le maire Labeaume doit rencontrer la presse en fin de matinée pour confirmer ces informations.

Québec

Politique municipale