•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse des inscriptions à l'École canadienne-française de Saskatoon en 2018

Des élèves du pavillon élémentaire de l'École canadienne-française de Saskatoon écoutent leur enseignante en classe.

Depuis la rentrée, les écoles fransaskoises de la province accueillent 2007 élèves, comparativement à 1944 l'année dernière.

Photo : Radio-Canada / Pascale Bouchard

Radio-Canada

Si le nombre d'élèves est en légère hausse dans les écoles fransaskoises de la Saskatchewan pour l'année scolaire 2018-2019, Saskatoon observe au contraire une baisse du nombre d'inscriptions.

Depuis la rentrée, les écoles fransaskoises de la province accueillent 2007 élèves, comparativement à 1944, l'année dernière.

Toutefois, l’École canadienne-française de Saskatoon, qui regroupe le pavillon élémentaire Monique-Rousseau et le pavillon secondaire Gustave-Dubois, observe une baisse de près de 6 % du nombre d’élèves inscrits à la fin du mois de septembre par rapport à l’année dernière.

Le pavillon Monique-Rousseau perd 27 élèves cette année, avec un total de 358 inscriptions. Au pavillon Gustave-Dubois, 153 élèves sont inscrits, contre 158 à la fin du mois de septembre, l'année dernière.

« Ça reflète notre réalité urbaine », affirme la présidente du conseil d’école de l’École canadienne-française, Camille Lapierre.

Elle précise que, en plus du manque d’espace, l’école se heurte à des problèmes de transport, notamment pour des familles qui habitent loin des établissements scolaires.

« Faute de financement, on avait des élèves qui étaient dans l'autobus plus d'une heure et demie. Donc, ça, c'était ennuyeux pour les parents et leurs activités après l'école. Et ça faisait une très longue journée pour l'élève », ajoute-t-elle.

Camille Lapierre croit que des familles francophones pourraient être tentées d’inscrire leurs enfants dans des écoles d’immersion plus proches pour éviter de se retrouver dans cette situation.

« La réalité de notre école est que nous sommes la seule école francophone à Saskatoon. Nous n'avons pas le luxe des autres systèmes scolaires en ville, qui ont plusieurs écoles à leur disposition pour possiblement redistribuer des élèves qui font face à du surpeuplement. On a besoin d'une autre école pour répondre aux besoins des élèves qui continuent de s'inscrire à notre école », rappelle-t-elle.

Par ailleurs, Camille Lapierre souhaiterait faire davantage de promotion de l’École canadienne-française pour encourager les familles qui arrivent dans la ville à s’inscrire à l’école francophone.

« Il faudrait plus de promotion, de visibilité. Ce serait surprenant de voir combien de personnes qui arrivent dans notre ville ne savent même pas qu'il y a une communauté francophone et qu'il y a une école francophone », ajoute-t-elle.

En 2017, l’École canadienne-française avait observé une baisse d’environ 2,5 % du nombre d’inscriptions par rapport à la rentrée scolaire de 2016.

Légère hausse des inscriptions au Conseil des écoles fransaskoises en 2018

À Regina, la nouvelle École du Parc compte 175 inscriptions, tandis que le pavillon élémentaire de l’École Monseigneur de Laval en a 342.

Cinq cent dix-sept élèves sont donc inscrits au niveau élémentaire, à Regina, pour l’année scolaire qui s’amorce. En octobre 2017, 477 élèves étaient inscrits au pavillon élémentaire de l’École Monseigneur de Laval.

Le Pavillon secondaire des Quatre Vents (PSQV) de l’École Monseigneur de Laval gagne, quant à lui, 25 inscriptions, pour arriver à 150.

L’École Providence, à Vonda, a reçu 149 inscriptions, 13 de plus qu’en 2017.

L’École Ducharme, à Moose Jaw, compte 85 inscriptions, soit 11 de moins que l’an dernier.

Inscriptions au CEF en 2017 by Radio-Canada on Scribd

Inscriptions au CEF en 2018 by Radio-Canada on Scribd

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Éducation