•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vétérinaires du Manitoba envisagent d'interdire le dégriffage des chats

Un chat couché sur un lit s'étire en sortant ses griffes

Dégriffer les chats est une pratique interdite au Royaume-Uni, en Europe, en Australie et dans plusieurs villes en Californie.

Photo : CBC/Julian Brown

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président de l'Association des médecins vétérinaires du Manitoba (AMVM) espère que ses confrères voteront pour l'interdiction du dégriffage des chats, une pratique qui fait souffrir les animaux inutilement, selon lui.

« Lorsqu'on coupe le bout des doigts de ces animaux […], je pense qu'on les prive de quelque chose de fondamental pour leur existence », affirme Jonas Watson.

« C’est difficile de savoir si les animaux ont de sensations désagréables à long terme », ajoute-t-il.

L'Association canadienne des médecins vétérinaires s'est prononcée contre la procédure en 2017. Cette année, les associations de vétérinaires de la Nouvelle-Écosse et de la Colombie-Britannique ont interdit cette pratique.

Le vétérinaire de Saint-Claude, au Manitoba, et membre de l’AMVM Marc Philippot affirme que le dégriffage des chats est une opération importante.

C’est comme si on enlevait un bout de doigt [jusqu’à la première phalange].

Une citation de : Marc Philippot

Le dégriffage, aussi appelé onyxectomie, peut entraîner des comportements indésirables comme une augmentation de la fréquence des morsures et peut avoir des effets néfastes à long terme sur le bien-être des chats.

« On trouve que ce n’est pas nécessaire et que ça peut causer d’autres problèmes plus tard dans la vie des chats », ajoute Marc Philippot.

Jonas Watson ne sait pas combien de vétérinaires font encore l’opération, mais croit qu’ils sont peu nombreux.

Il explique que les propriétaires d’animaux de compagnie invoquent différentes raisons pour faire dégriffer leur chat, notamment celle d'éviter d'endommager leurs meubles.

Un homme tient deux chatons.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président de de l’Association des médecins vétérinaires du Manitoba, Jonas Watson, croit que le dégriffage des chats devrait être interdit dans la province.

Photo : Carlie Koltek

Cependant, Jonas Watson dit qu'il existe des solutions de rechange, telles que la coupe fréquente des ongles.

« Il y a beaucoup de façons d’éviter [que les chats n'endommagent les meubles ou griffent les gens] plutôt que de faire quelque chose d'aussi extrême », affirme le président de l’AMVM.

Marc Philippot abonde dans le même sens. « Il y a même des capuchons qu’on peut mettre sur les ongles pour aider », explique-t-il.

Selon l'Association canadienne des médecins vétérinaires, le dégriffage est déjà interdit en Nouvelle-Zélande, en Israël, au Brésil, dans certaines régions d'Europe et dans certaines villes de Californie.

Jonas Watson dit que la question du dégriffage sera à l'ordre du jour lorsque le conseil administratif de l’AMVM se réunira à la fin du mois d'octobre.

Selon lui, une interdiction pourrait être mise en place dans moins de deux ans si elle est appuyée par le vote des membres.

En ce qui concerne les autres procédures esthétiques, l’AMVM interdit la coupe de l'oreille des chiens, mais permet l’amputation de la queue. Jonas Watson dit qu'il aimerait également interroger les membres de l'association sur ces procédures.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !