•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les résidents de Moncton paieront 150 000 $ pour la venue d’un combat de l'UFC

Georges St-Pierre.
L'athlète Georges St-Pierre lors d'un combat de l'UFC Photo: Getty Images / Mike Stobe
Radio-Canada

Les contribuables de Moncton paieront la majeure partie de la facture pour la tenue d'un événement d'arts martiaux mixtes de l'Ultimate Fighting Championship (UFC) qui doit avoir lieu dans le nouvel amphithéâtre du centre-ville à la fin du mois.

Le conseil municipal subventionnera un événement de l'UFC à Moncton à hauteur de 150 000 $. Cela représente 60 % du coût total de l’événement, qui s’élève à 250 000 $.

Les conseillers ont accepté de payer une partie des frais de soumission dans un vote à sept contre deux. Ils espèrent que l’événement apportera des retombées économiques importantes à la ville.

Un rapport commandé par la Municipalité indique que des événements similaires ont généré des retombées économiques d’au moins 3 millions de dollars. Elles peuvent même atteindre 30 millions de dollars dans les grands centres.

Des personnes entrent ou sortent du Centre Avenir.Le spectacle inaugural du Centre Avenir met en vedette le chanteur australien Keith Urban. Photo : CBC/Philip Drost

Un événement d’envergure, diffusé partout sur la planète

Les combats seront télédiffusés dans le monde, selon la Municipalité. Les chaînes Fight Network, TSN au Canada et Fox Sports aux États-Unis, ainsi que des chaînes dans 150 pays diffuseront l'événement.

Le maire adjoint Greg Turner croit que la diffusion de l’événement donnera une grande visibilité à la ville et au nouveau Centre Avenir.

L’argent ne peut pas acheter ce genre de visibilité. Au prix que ça coûte, nous ne pourrions pas acheter une publicité à la télévision ce soir-là, mais nous allons obtenir quelques heures de diffusion à partir du Centre Avenir.

Greg Turner, maire adjoint de la Ville de Moncton

La Municipalité va piger dans un compte de réserve pour payer 100 000 $ et obtiendra les 50 000 $ restants du comité consultatif Événements Moncton, qui est financé en partie par le gouvernement provincial.

L’entreprise privée SMG Canada, qui est responsable de la gestion de l'aréna de 8800 places, versera 100 000 $.

Les specateurs sont assis dans leurs sièges.Une partie de la foule au Centre Avenir. Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

« J’ai un problème avec ce genre de sport »

Les conseillers Paulette Thériault et Paul Pellerin ont voté contre ces subventions, mais pour des raisons différentes.

Paulette Thériault affirme qu’elle ne peut pas soutenir cela. Je sais que c’est une source de revenus importante pour la ville, mais en tant que femme, que grand-mère, j’ai un problème avec ce genre de sport. Je ne crois même pas que ça devrait être un sport.

Stephen Thompson, à la droite, donne un coup de pied à Rory MacDonald pendant un combat d'UFC, à Ottawa le samedi 18 juin.Stephen Thompson, à la droite, donne un coup de pied à Rory MacDonald pendant un combat de UFC, à Ottawa, le samedi 18 juin. Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand / La Presse canadienne

Pour sa part, Paul Pellerin se demande pourquoi SMG Canada ne peut pas assumer l'entièreté des coûts associés à la tenue de l’événement et l’inclure dans le prix des billets. Le coût d’un billet varie de 78 $ à 1381 $.

Verser des subventions est normal, selon la Municipalité

Paul Pellerin se demande également pourquoi la ville s'est donné le rôle de bailleur de fonds, puisqu’il était prévu que SMG Canada gère la venue des événements au Centre Avenir.

Le gestionnaire des sites d’événements à la Ville, Shane Porter, affirme qu’il est très courant pour les municipalités de verser ce genre de subventions.

Ce n’est pas la première fois que la Ville doit sortir le portefeuille pour attirer un événement sportif au Centre Avenir.

Pendant l’été, le conseil municipal a accepté de verser jusqu’à 333 000 $ à l’équipe de basketball professionnel Moncton Magic si l’équipe ne fait pas autant de profits au Centre Avenir que si elle était restée au Colisée de Moncton.

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Politique municipale