•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les policiers d'Ottawa pourront consommer du cannabis

Le chef de la police d'Ottawa.

Le chef de la police d'Ottawa, Charles Bordeleau (archives).

Photo : Radio-Canada / CBC

CBC

Les agents du Service de police d'Ottawa (SPO) pourront consommer du cannabis quand ils seront à l'extérieur du travail, une fois que la substance sera légale au Canada. Ils devront toutefois s'assurer d'arriver au poste de police « frais et dispos », précise le chef Charles Bordeleau.

C'est lors d'une réunion de la Commission de services policiers d’Ottawa, lundi, que la mesure a été adoptée. Celle-ci inclut non seulement la consommation, mais aussi l'état physique, social et psychologique des agents.

Nous avons adopté l’approche fit for duty [frais et dispos], comme la plupart des corps policiers des plus grandes villes de l’Ontario.

Charles Bordeleau, chef du Service de police d'Ottawa

Selon le chef du SPO, un policier doit être apte à travailler lorsqu’il se présente au travail et il affirme que le corps policier s'est doté de mesures pour s'assurer que ce sera le cas.

Nous avons opté de ne pas demander un nombre d’heures fixes après la consommation. Le terme frais et dispos a été défini et c’est cette directive que nous suivrons, a-t-il fait valoir.

M. Bordeleau a indiqué avoir eu beaucoup de discussions à l’interne et à l’externe. Il croit qu'il s'agit de la meilleure approche et que celle-ci respecte le fait que le cannabis sera un produit dorénavant légal.

Il s'agissait de la première fois où le SPO parlait publiquement des directives auxquelles seront soumis ses agents en service ou après les heures de travail.

Le chef adjoint du SPO, Steve Bell, a affirmé que le corps policier avait évoqué la possibilité d'interdire complètement la consommation de cannabis pour ses agents, en service on non. Toutefois, ses dirigeants ont pris la décision de permettre aux agents de consommer du cannabis à l'extérieur des heures de travail.

On est satisfaits qu'au moins la province a annoncé qu'il y a une agence qui va réglementer la distribution du cannabis à travers des institutions à travers la Ville, a indiqué le chef Bordeleau.

Toutefois, il a soutenu avoir des inquiétudes face à la réglementation, qui accorde peu de pouvoir décisionnel aux villes en ce qui a trait à la distribution du cannabis.

La façon dont on lit les règlements présentement, c'est que les municipalités n'ont pas de point de décision vis-à-vis où les institutions vont être situées. Ça nous cause des inquiétudes, a affirmé M. Bordeleau.

Ottawa-Gatineau

Forces de l'ordre