•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Québec solidaire n'est pas le parti du Plateau-Mont-Royal » - Manon Massé

Discours de Manon Massé
Radio-Canada

« Rappelez-vous ce qu'on a fait quand on était seulement trois. Imaginez maintenant », a lancé la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé, devant des militants comblés par la percée historique faite lundi soir par la formation de gauche.

Un texte de Daniel Blanchette Pelletier

Québec solidaire a non seulement conservé ses trois sièges de Montréal, mais a même plus que triplé son nombre d’élus en faisant élire 10 candidats à Montréal, à Québec, à Sherbrooke et à Rouyn-Noranda. C’est la première fois de son histoire que le jeune parti, fondé en 2009, fait une percée à l’extérieur de la métropole.

« Je suis tellement fière de nous. Tellement fière de la campagne que nous avons menée partout aux quatre coins du Québec », a enchaîné Manon Massé.

Aujourd’hui, notre mouvement est plus grand, plus fort, plus résolu que jamais. Québec solidaire, c’est le parti du monde qui veut que ça change pour vrai.

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

« Vous avez donné au peuple québécois le goût de se remettre en marche », a-t-elle lancé aux militants, qui, chaque fois qu’ils étaient interpellés, ont réagi par un tonnerre d’applaudissements dans la salle de l'Olympia, à Montréal.

Gain après gain

La soirée a particulièrement souri à Québec solidaire. Les deux co-porte-parole du parti, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, ont été réélus, respectivement dans Sainte-Marie–Saint-Jacques et Gouin. Dans Rosemont, l'ancien journaliste Vincent Marissal a défait le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée. Avec Mercier, Laurier-Dorion et Hochelaga-Maisonneuve, le parti a désormais six députés sur l'île de Montréal.

Québec solidaire a aussi réalisé une percée hors Montréal, d'abord avec l'élection de Catherine Dorion dans la circonscription de Taschereau et de Sol Zanetti dans Jean-Lesage, deux circonscriptions de Québec. À Sherbrooke, le parti a aussi fait élire Christine Labrie, qui a défait le ministre sortant Luc Fortin.

La formation de gauche a ainsi multiplié les gains au fil de la soirée, jusqu’à la toute fin avec la victoire d’Émilise Lessard-Therrien dans Rouyn-Noranda–Témiscamingue. Elle déloge le ministre sortant Luc Blanchette, qui termine en quatrième place.

Nous sommes le nouveau visage de la politique québécoise. L’avenir nous appartient.

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

Une nouvelle « vague orange »

Des militants au rassemblement de Québec solidaire à MontréalDes militants au rassemblement de Québec solidaire à Montréal Photo : La Presse canadienne / Peter Mccabe

Tous les militants solidaires interrogés en début de soirée chiffraient à 9 ou 10 le nombre « inespéré » de députés que la formation pouvait faire élire. Si bien que plusieurs ont évoqué une vague orange pour qualifier l'accomplissement réalisé en fin de soirée.

« Les gens ont compris que notre mouvement était pour la base de la population, et non pour l’élite », estime le militant Vincent Laforest, comparant les gains de Québec solidaire à ceux du NPD fédéral au Québec en 2011. « Je pense qu’on gagne à être connu », a-t-il enchaîné, tourné vers les prochaines élections.

L'ex-député Amir Khadir, qui a cédé sa place dans Mercier à Ruba Ghazal, estime pour sa part que l'élection de 2018 est un tremplin pour la formation politique qu'il a servi pendant plusieurs années. « La prochaine fois, il ne faut pas lésiner sur quoi que ce soit, a-t-il prévenu. Il y a une possibilité réelle. »

Il a notamment souligné le travail de Manon Massé qui a, selon lui, « gagné ses galons comme peu de personnalités politiques ont réussi à le faire en peu de temps ».

« Au Québec, c’est par la gauche qu’on dépasse »

En faisait élire 10 députés, Québec solidaire obtient même un meilleur résultat que son principal adversaire, le Parti québécois.

« C’est le début de Québec solidaire comme une vraie alternative », estime le militant Patrick Côté, qui avait enfilé une chemise orange pour l’occasion. Il a préféré se joindre à la formation de gauche plutôt que rester auprès d’un Parti québécois « déraciné ».

« Je pense que Québec solidaire va prendre la place qui lui revient », a pour sa part déclaré Florence Bourdeau. « Mais est-ce que ça va remplacer le PQ? » s'interroge-t-elle.

Dans la foule, un militant tient une affiche de Manon Massé.Des militants de Québec solidaire Photo : Radio-Canada / Jérôme Turmel

Pendant son discours, Manon Massé a d'ailleurs lancé un message à Jean-François Lisée et aux militants du Parti québécois.

« On a un projet commun, a-t-elle rappelé, en parlant de la souveraineté du Québec. Il faut sortir ce projet-là du placard et le dépoussiérer. Il faut que la souveraineté redevienne synonyme d’ouverture et de solidarité. »

D’autres militants ont pour leur part souligné que la campagne agressive de Jean-François Lisée contre Québec solidaire s’était finalement retournée contre lui.

Un discours tenu aussi par le co-porte-parole de la formation politique, Gabriel Nadeau-Dubois. « Certains ont tenté de nous salir. Certains nous ont traités de tous les noms. Mais nous avons tenu tête », a-t-il martelé.

« Personne au Québec ne peut dire que nous ne jouons pas dans la même ligue », a-t-il poursuivi en recommandant du même coup à François Legault « d'attacher sa tuque avec de la broche ».

Nous sommes une force parlementaire redoutable pour tout gouvernement.

Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire

QS interpelle la CAQ sur l’environnement

Plus tard dans la soirée, Manon Massé s'est elle aussi adressée à François Legault devant ses militants, qui ont hué l'élection d'un gouvernement caquiste majoritaire.

« M. Legault, vous portez sur vos épaules une lourde responsabilité, l’a-t-elle prévenu. Même si vous l’avez balayé du revers de la main, la transition énergétique est trop importante, trop urgente, pour attendre. »

Après l’environnement, au sujet duquel « la priorité de toutes les priorités » de Québec solidaire sera de faire entendre raison au gouvernement caquiste, Manon Massé a rappelé l’engagement commun de réformer le mode de scrutin. Une proposition qui résonne aussi fort chez les militants que leurs cris dans l’Olympia.

La co-porte-parole a également remercié chaleureusement tous les solidaires qui ont permis les résultats de lundi soir : employés, bénévoles, militants, notamment.

Elle a aussi souligné les pas de géants accomplis par « tous ceux et celles qui sont arrivés deuxièmes » dans des circonscriptions de l'ensemble de la province. « Vous nous donnez le signal pour la prochaine fois. Êtes-vous prêts? », a-t-elle lancé à la foule électrisée par son discours.

« Nous sommes prêts », ont scandé ensuite les militants. « Imaginez le vacarme que ça va faire la prochaine fois », a conclu Manon Massé.