•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Québec solidaire n'est pas le parti du Plateau-Mont-Royal » - Manon Massé

Les mains dans les airs, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois.

Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire

Photo : Radio-Canada / Jérôme Turmel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« Rappelez-vous ce qu'on a fait quand on était seulement trois. Imaginez maintenant », a lancé la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé, devant des militants comblés par la percée historique faite lundi soir par la formation de gauche.

Un texte de Daniel Blanchette Pelletier

Québec solidaire a non seulement conservé ses trois sièges de Montréal, mais a même plus que triplé son nombre d’élus en faisant élire 10 candidats à Montréal, à Québec, à Sherbrooke et à Rouyn-Noranda. C’est la première fois de son histoire que le jeune parti, fondé en 2009, fait une percée à l’extérieur de la métropole.

« Je suis tellement fière de nous. Tellement fière de la campagne que nous avons menée partout aux quatre coins du Québec », a enchaîné Manon Massé.

« Aujourd’hui, notre mouvement est plus grand, plus fort, plus résolu que jamais. Québec solidaire, c’est le parti du monde qui veut que ça change pour vrai. »

— Une citation de  Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

« Vous avez donné au peuple québécois le goût de se remettre en marche », a-t-elle lancé aux militants, qui, chaque fois qu’ils étaient interpellés, ont réagi par un tonnerre d’applaudissements dans la salle de l'Olympia, à Montréal.

Gain après gain

La soirée a particulièrement souri à Québec solidaire. Les deux co-porte-parole du parti, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, ont été réélus, respectivement dans Sainte-Marie–Saint-Jacques et Gouin. Dans Rosemont, l'ancien journaliste Vincent Marissal a défait le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée. Avec Mercier, Laurier-Dorion et Hochelaga-Maisonneuve, le parti a désormais six députés sur l'île de Montréal.

Québec solidaire a aussi réalisé une percée hors Montréal, d'abord avec l'élection de Catherine Dorion dans la circonscription de Taschereau et de Sol Zanetti dans Jean-Lesage, deux circonscriptions de Québec. À Sherbrooke, le parti a aussi fait élire Christine Labrie, qui a défait le ministre sortant Luc Fortin.

La formation de gauche a ainsi multiplié les gains au fil de la soirée, jusqu’à la toute fin avec la victoire d’Émilise Lessard-Therrien dans Rouyn-Noranda–Témiscamingue. Elle déloge le ministre sortant Luc Blanchette, qui termine en quatrième place.

« Nous sommes le nouveau visage de la politique québécoise. L’avenir nous appartient. »

— Une citation de  Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

Une nouvelle « vague orange »

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des militants au rassemblement de Québec solidaire à Montréal

Photo : La Presse canadienne / Peter Mccabe

Tous les militants solidaires interrogés en début de soirée chiffraient à 9 ou 10 le nombre « inespéré » de députés que la formation pouvait faire élire. Si bien que plusieurs ont évoqué une vague orange pour qualifier l'accomplissement réalisé en fin de soirée.

« Les gens ont compris que notre mouvement était pour la base de la population, et non pour l’élite », estime le militant Vincent Laforest, comparant les gains de Québec solidaire à ceux du NPD fédéral au Québec en 2011. « Je pense qu’on gagne à être connu », a-t-il enchaîné, tourné vers les prochaines élections.

L'ex-député Amir Khadir, qui a cédé sa place dans Mercier à Ruba Ghazal, estime pour sa part que l'élection de 2018 est un tremplin pour la formation politique qu'il a servi pendant plusieurs années. « La prochaine fois, il ne faut pas lésiner sur quoi que ce soit, a-t-il prévenu. Il y a une possibilité réelle. »

Il a notamment souligné le travail de Manon Massé qui a, selon lui, « gagné ses galons comme peu de personnalités politiques ont réussi à le faire en peu de temps ».

« Au Québec, c’est par la gauche qu’on dépasse »

En faisait élire 10 députés, Québec solidaire obtient même un meilleur résultat que son principal adversaire, le Parti québécois.

« C’est le début de Québec solidaire comme une vraie alternative », estime le militant Patrick Côté, qui avait enfilé une chemise orange pour l’occasion. Il a préféré se joindre à la formation de gauche plutôt que rester auprès d’un Parti québécois « déraciné ».

« Je pense que Québec solidaire va prendre la place qui lui revient », a pour sa part déclaré Florence Bourdeau. « Mais est-ce que ça va remplacer le PQ? » s'interroge-t-elle.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des militants de Québec solidaire

Photo : Radio-Canada / Jérôme Turmel

Pendant son discours, Manon Massé a d'ailleurs lancé un message à Jean-François Lisée et aux militants du Parti québécois.

« On a un projet commun, a-t-elle rappelé, en parlant de la souveraineté du Québec. Il faut sortir ce projet-là du placard et le dépoussiérer. Il faut que la souveraineté redevienne synonyme d’ouverture et de solidarité. »

D’autres militants ont pour leur part souligné que la campagne agressive de Jean-François Lisée contre Québec solidaire s’était finalement retournée contre lui.

Un discours tenu aussi par le co-porte-parole de la formation politique, Gabriel Nadeau-Dubois. « Certains ont tenté de nous salir. Certains nous ont traités de tous les noms. Mais nous avons tenu tête », a-t-il martelé.

« Personne au Québec ne peut dire que nous ne jouons pas dans la même ligue », a-t-il poursuivi en recommandant du même coup à François Legault « d'attacher sa tuque avec de la broche ».

« Nous sommes une force parlementaire redoutable pour tout gouvernement. »

— Une citation de  Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire

QS interpelle la CAQ sur l’environnement

Plus tard dans la soirée, Manon Massé s'est elle aussi adressée à François Legault devant ses militants, qui ont hué l'élection d'un gouvernement caquiste majoritaire.

« M. Legault, vous portez sur vos épaules une lourde responsabilité, l’a-t-elle prévenu. Même si vous l’avez balayé du revers de la main, la transition énergétique est trop importante, trop urgente, pour attendre. »

Après l’environnement, au sujet duquel « la priorité de toutes les priorités » de Québec solidaire sera de faire entendre raison au gouvernement caquiste, Manon Massé a rappelé l’engagement commun de réformer le mode de scrutin. Une proposition qui résonne aussi fort chez les militants que leurs cris dans l’Olympia.

La co-porte-parole a également remercié chaleureusement tous les solidaires qui ont permis les résultats de lundi soir : employés, bénévoles, militants, notamment.

Elle a aussi souligné les pas de géants accomplis par « tous ceux et celles qui sont arrivés deuxièmes » dans des circonscriptions de l'ensemble de la province. « Vous nous donnez le signal pour la prochaine fois. Êtes-vous prêts? », a-t-elle lancé à la foule électrisée par son discours.

« Nous sommes prêts », ont scandé ensuite les militants. « Imaginez le vacarme que ça va faire la prochaine fois », a conclu Manon Massé.


Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !