•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Des catastrophes qui passent en coup de vent au Canada

    Vue à vol d'oiseau de la destruction causée par la tornade de 1972 à Maniwaki.
    En juin 1972, une tornade a balayé Maniwaki et a fait deux morts. Photo: Radio-Canada

    La tornade qui a frappé Gatineau le 21 septembre 2018 est un phénomène assez rare. Ce genre de catastrophe arrive par ailleurs un peu partout au Canada. Nos archives nous aident à retracer l'histoire de ces catastrophes naturelles au pays.

    Tous les ingrédients étaient là hier à Edmonton pour former les tornades. Il y avait de l’air chaud et humide qu’un front froid est venu soulever, formant ainsi des nuages d’orages violents.

    Jocelyne Blouin, météorologue

    Un phénomène qui frappe dans tout le Canada

    On va se souvenir longtemps de cette tornade du 21 septembre 2018 à Gatineau. On a recensé 326 bâtiments et 1686 logements endommagés ou détruits. Pas moins de 1762 résidents se sont inscrits sur la liste des sinistrés.

    Heureusement, la tornade n’a pas causé de morts. D’autres régions du Canada n’ont pas eu cette chance.

    Le 31 juillet 1987, la ville d’Edmonton, en Alberta, était frappée de plein fouet par une tornade (certains parlent de plusieurs tornades). Cette dernière était de catégorie F4 (et peut-être F5) sur l’échelle de Fujita améliorée.

    Les vents soufflaient à près de 400 kilomètres à l’heure. Des grêlons, certains de la taille de balles de tennis, se sont abattus sur la ville.

    Dans un reportage du 1er août 1987 présenté au Téléjournal, la météorologue Jocelyne Blouin explique pourquoi ce phénomène a touché la capitale de l’Alberta. Elle nous rappelle aussi que les Albertains subissent les conséquences d’une vingtaine de tornades par année.

    Celle du 31 juillet 1987 est exceptionnelle par l’ampleur de la destruction provoquée de même que par le nombre de blessés et de morts. La tornade laisse un sillon de destruction sur près de 40 kilomètres de long.

    La tornade tue aussi 27 personnes, dont 12 dans ce qu’on appelle l’allée des raffineries à Sherwood Park, en banlieue d’Edmonton.

    Des centaines de bâtiments sont détruits, alors que des centaines de personnes sont blessées.

    Dans un autre reportage présenté au Téléjournal le 1er août 1987, le correspondant national Louis Lemieux montre la violence du phénomène.

    Les témoignages recueillis par le journaliste sont très durs. Cœurs sensibles, abstenez-vous!

    Malgré sa furie, la tornade d’Edmonton n’a pas été la plus meurtrière au Canada, comme le confirment ces statistiques :

    - 1912, région de Regina, Saskatchewan, 38 morts;
    - 1987, région d’Edmonton, Alberta, 27 morts;
    - 1946, région de Windsor, Sud-Ouest de l’Ontario, 17 morts;
    - 1985, Barrie, Sud-Ouest de l’Ontario, 12 morts;
    - 2000, Red Deer, Alberta, 12 morts;
    - 1975, Bonaventure, Québec, 4 morts.

    L'Outaouais souvent touché par les tornades

    L’Outaouais subit normalement plusieurs tornades dans une année.

    La vallée de la Gatineau et le nord-ouest de la région sont propices à ces très fortes différences de température. C’est pourquoi il y a plus de tornades dans ces régions qu’il y en aurait, disons, dans le sud du Québec.

    Émile André, météorologue

    La région d’Ottawa, par exemple, était frappée en moyenne par quatre tornades annuellement à l'époque. C'est ce que rapporte le journaliste Jean-Paul Chénard dans un reportage présenté le 17 juin 1986 au Téléjournal.

    En 1983, 1984 et 1985, le village ontarien de Westport, situé dans la région du Grand lac Rideau, est frappé par des tornades.

    D’autres tornades ont aussi ravagé l’Outaouais québécois, comme celle du 24 juin 1972, à Maniwaki, qui a fait deux morts.

    Le 22 juin 2007, la communauté manitobaine d’Elie, à 40 kilomètres à l’ouest de Winnipeg, a eu le malheur d’être frappée par la plus violente tornade que le Canada ait jamais subie.

    Les vents ont atteint la catégorie F5, soit le maximum sur l’échelle de Fujita améliorée et soufflaient à plus de 420 kilomètres à l’heure.

    C’est la seule tornade recensée qui aurait atteint cette intensité au Canada. Il y a eu pour 1 million de dollars de dégâts à Elie, mais personne n’a été tué.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Environnement