•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Le vrai boss », « le roi » : les artistes réagissent à la mort de Charles Aznavour

Robert Charlebois regarde en l'air et Charles Aznavour fume une cigarette.

Robert Charlebois et Charles Aznavour

Photo : Ronald Labelle

Radio-Canada

Le monde artistique pleure la disparition de Charles Aznavour, annoncée lundi matin. Ils ont été nombreux à réagir pour saluer la légende de la chanson francophone.

Robert Charlebois (par communiqué) : « Grande tristesse. Cinquante ans d'amitié et de souvenirs. Hier encore, je rigolais avec lui. En plus d'être mon parrain de show business, il était pour moi un modèle d'écriture, de présence sur scène et de persévérance. Avec sa voix un peu éraillée dont les gens se moquaient au début de sa carrière, il a fini par bouleverser une planète entière, et on a raison de le proclamer artiste le plus important du 20e siècle. On rêve tous secrètement de faire une longue carrière comme lui. »

Céline Dion (sur Twitter) : « Monsieur Charles, vous resterez toujours "For me, Formidable". Respect et condoléances à votre famille. »

Dominique Michel (à ICI RDI) : « Quand je suis arrivée en France, il m’avait fait engager chez Patachou pour que je puisse travailler un peu. On était vraiment des amis. Il a été très gentil pour moi. Charles, c’était un homme très, très, très humain et généreux. Je garde un très grand souvenir agréable de lui. Je suis une admiratrice inconditionnelle. »

Denise Filiatrault (à ICI RDI) : « Je l’ai connu à la fin des années 40; j’avais 17 ans. Il est arrivé sur scène avec Pierre Roche; les gens se moquaient de lui, [ils ne] le trouvaient pas beau, pas intéressant. Quand il s’était mis à chanter, il bougeait mieux qu’ Elvis Presley; c’était extraordinaire. C’est aussi lui qui m’a présenté mon mari, Jacques Lorain. »

Isabelle Boulay (à Médium large) : « Je garde de lui des souvenirs magnifiques. [...] Aznavour était une légende pour moi. »

Lara Fabian (sur Twitter) : « Un géant de la chanson nous a quittés. Je suis profondément attristée par le départ de celui qui nous a tant appris et tant donné. »

Danielle OderraGravel le matin) : « Quelle tristesse! C’était un homme très attaché à ce qu’il avait déjà vécu, à l’amitié. Il était très attaché au Québec. »

Alain Delon (à l'Agence France-Presse) : « Je suis fracassé. Je suis complètement bouleversé. Je prends son décès en pleine gueule. J'aime cet homme. Je le connais depuis mes débuts. On a débuté pratiquement ensemble. »

Liza Minnelli (sur Facebook) : « Charles était mon mentor, mon ami, mon amour. Il me manquera pour toujours. »

Quincy Jones (sur Twitter) : « Depuis que nous nous sommes rencontrés, nous avons eu comme un lien de parenté solide, qui a duré plus de six décennies. Je chérirai pour toujours le souvenir de ces moments passés ensemble, que ce soit en studio ou en vacances dans le sud de la France. Repose en paix, cher Charles. »

Nana Mouskouri (à l'Agence France-Presse) : « Charles ne nous quittera jamais : il est parti par-delà le ciel retrouver d'autres étoiles, tant d'amis avec qui vivre sa bohème et prolonger sa jeunesse. Où qu'il soit, il restera cet ami parfait, et où que je sois, je le suivrai, le chanterai avec la plus grande humilité et l'amour le plus profond. Cet amour qu'il a si divinement écrit et chanté toute sa vie. Cet amour qu'il nous donne à jamais. »

Michel Drucker (en entrevue avec le magazine Le Point) : « Il y a six jours, il chantait encore à Tokyo et à Osaka. Il est revenu fatigué, mais heureux de cette tournée. Certes, il marchait plus lentement, mais il avait conservé une mémoire intacte et une volonté hors norme. Il avait conservé une curiosité inextinguible. Il me recommandait de jeunes artistes – des rappeurs, souvent – qui lui avaient tapé dans l'oreille. »

Michel Leeb (à la radio Franceinfo) : « Je suis très choqué, parce qu'on a ri hier soir comme des enfants. Il avait une jeunesse exceptionnelle. Il avait plein de projets dans la tête et toujours envie de rire, et de blaguer. Il ne vivait que dans le futur : il avait encore des projets de disques, de livres qu'il écrivait. »

Laura Smet : « Profondément triste, Monsieur Charles Aznavour. Merci pour tout ce que vous nous avez donné. Les plus grands sont partis. Ton fils spirituel [Johnny Hallyday, père de Laura Smet] va t'accueillir parmi les étoiles. »

Mireille Mathieu (à la radio française RTL) : « Charles, c'était le roi, le patriarche de la chanson française. Il va rejoindre le paradis des chanteurs... Il représentait la chanson française dans le monde entier… »

Julien Clerc (sur Twitter) : « Une grande plume française nous quitte... Un immense compositeur-interprète nous laisse ses chansons souvent avant-gardistes en souvenir de lui… Un grand "explorateur de la jungle des sentiments" s’en va… Mon cher Charles, je vous admirais tellement. »

Michel Polnareff (sur Facebook) : « J'ai du mal à exprimer l'étendue de mon chagrin à l'annonce de la disparition de ce grand homme au talent immense que j'admirais en tant que créateur et en tant qu'ami. Je l'avais trouvé fragile dernièrement et m'inquiétais au sujet de son projet de tournée mondiale. Au revoir, Charles; on devait se voir bientôt à Los Angeles. Je suis très triste. »

Zaz (à la radio française Europe 1) : « Quand je chantais avec lui, j'avais l'impression de chanter avec mon grand-père. Il touchait à tout, il voulait tout comprendre. Il était boulimique de savoir. [...] J’écoutais ses conseils et j’essayais de les appliquer. »

Alain Souchon (à RTL) : « J'ai toujours eu l'impression que j'ai toujours vécu en entendant des chansons de Charles Aznavour. [...] Ce qui était bien, avec Charles Aznavour, c'est qu'il faisait des musiques intemporelles, qui plaisaient partout dans le monde : jazzy, variétés... et puis il racontait des histoires. »

Line Renaud (à RTL) : « C'était une force de vie, c'était un défi de durée. Il me disait toujours : "J'ai un aïeul qui a été jusqu'à 100 ans; je ferai peut-être mieux que lui." Il ne pensait certainement pas s'éteindre à l'âge de 94 ans... et moi non plus. »

Maxime Le Forestier (à RTL) : « Il avait introduit dans la chanson française le corps, la sensualité. C’était important pour lui de rester saltimbanque. »

Benjamin Biolay (sur Twitter) : « Le vrai boss vient de nous quitter. Un guide, un maître; je vous aime, Charles. Dur de ne pas pleurer. Hasta pronto, señor Champagne. »

Avec les informations de Le Figaro, et RTL

Célébrités

Arts