•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chanteur Charles Aznavour s’éteint à 94 ans

Charles Aznavour en concert à Paris le 13 décembre 2017

Photo : AFP / ERIC FEFERBERG

Radio-Canada

Le chanteur français Charles Aznavour est mort, ont annoncé ses attachés de presse, lundi. Il était connu dans le monde entier pour ses chansons, comme La bohème ou Emmenez-moi. Il avait 94 ans.

Charles Aznavour est mort dans la nuit de dimanche à lundi à son domicile dans les Alpilles, dans le sud de la France. Selon la radio française RTL, l'artiste est mort dans son sommeil.

Du haut de son mètre soixante et des poussières, Charles Aznavour, mort dans la nuit de dimanche à lundi à 94 ans, était le dernier « grand » de la chanson française, dont il a été l'ambassadeur à travers le monde. « C'est le pape, c'est Dieu le père de la chanson », a raconté l'animatrice Monique Giroux lundi matin à Gravel le matin. Les hommages de différents artistes, ces dernières heures, rappellent son statut de légende de la chanson francophone.

Charles Aznavour revenait d'une tournée au Japon, après avoir été contraint d'annuler des concerts cet été en raison d'une fracture du bras à la suite d'une chute. Pourtant, « il semblait en pleine forme », a témoigné Monique Giroux, qui avait rencontré le gérant de l'artiste en France voilà quelques jours.

Un concert était prévu à Bruxelles le 26 octobre et l'artiste devait encore se produire en novembre et en décembre à la Seine musicale, près de Paris, puis lors d'une minitournée en France.

Ces dernières semaines, l'infatigable Charles Aznavour, né Shahnourh Varinag Aznavourian le 22 mai 1924 à Paris de parents arméniens, avait dû annuler quelques concerts; d'abord en avril à Saint-Pétersbourg, à cause d'un tour de reins, puis en mai, en raison d'une fracture de l'humérus gauche, après une chute. Cette accumulation de pépins physiques le ramenait subitement à sa condition de mortel.

Malgré son âge et les soucis de santé, le chanteur français n'avait jamais pu renoncer à la scène.

Il avait admis très franchement, parce que c’est quelqu’un qui était très sincère avec le public : "Moi si j’arrête, je meurs. Donc excusez-moi, mais je continue."

Monique Giroux, à propos de Charles Aznavour

« Je ne suis pas vieux, je suis âgé. Ce n'est pas pareil », se plaisait-il à nuancer, une façon espiègle de défier le poids des années pour celui dont le couronnement artistique est venu assez tardivement, soit à 36 ans, le 12 décembre 1960, à l'Alhambra.

70 ans de carrière

J'ai fait une carrière inespérée mais exemplaire. [...] Tout est une question de chance.

Charles Aznavour

Connu pour ses grandes chansons comme La bohème, La mamma ou Emmenez-moi, mais aussi pour son engagement pour l'Arménie, il a aussi écrit pour les plus grands : Juliette Gréco, Gilbert Bécaud, Édith Piaf, qui l'a soutenu ardemment et a été l'un de ses « quatre points cardinaux, avec Charles Trénet, Constantin Stanislavski et Maurice Chevalier ». Au cours de ses 70 ans de carrière, il a composé pas moins de 1400 chansons.

Édith Piaf pose avec Michel Emer (à gauche) et Eddie Constantine et Charles Aznavour (à droite)

Édith Piaf pose avec Michel Emer (à gauche) et Eddie Constantine et Charles Aznavour (à droite)

Photo : AFP / AFP

Charles Aznavour a aussi fait carrière au cinéma en tournant une soixantaine de films, notamment avec François Truffaut (Tirez sur le pianiste), Volker Schlondorff (Le tambour) et Claude Chabrol (Les fantômes du chapelier).

Parfois brocardé à ses débuts pour sa petite taille et sa voix, Aznavour a entretenu son mythe par la scène, dans les salles les plus prestigieuses du monde. Comme une revanche sur tous ceux qui ne lui prédisaient aucun avenir. « Ils sont tous morts depuis longtemps, alors que moi... je suis encore là », disait-il.

Côté critiques, j'ai été servi : on a dit que j'étais laid, petit, qu'il ne fallait pas laisser chanter les infirmes.

Charles Aznavour

L'an dernier, Charles Aznavour avait reçu une étoile sur le Walk of Fame d'Hollywood. Il avait sorti son 51e album, Encores, en 2015 et avait entamé une tournée mondiale pour ses 90 ans en 2014.

Charles Aznavour tient la plaque honorifique qu'il a reçue au Hollywood Pantages à Hollywood le 27 octobre 2016

Charles Aznavour tient la plaque honorifique qu'il a reçue au Hollywood Pantages à Hollywood le 27 octobre 2016

Photo : Getty Images / JONATHAN ALCORN

Débuts dans les années 40

Aznavour s'était lancé dans la chanson en duo avec Pierre Roche au début des années 1940. En 1946, il avait rencontré Charles Trenet et Édith Piaf, qui le surnommaient « le génie con » et l'avaient forcé à se refaire le nez. C'est aussi Piaf qui lui avait conseillé de tenter sa chance à Montréal.

S'il écrivait pour d'autres que lui (Plus bleu que le bleu de tes yeux pour Piaf, Je hais les dimanches, refusée par Piaf mais adoptée par Juliette Gréco), il n'avait alors aucun succès comme interprète.

La donne avait changé légèrement au milieu des années 50 avec le succès de Sur ma vie (1954). En 1960, sortait Je m'voyais déjà, l'une de ses plus fameuses chansons qui révélait enfin son talent scénique.

En 1963, Aznavour avait triomphé au Carnegie Hall de New York et, devenu une vedette internationale, s'était lancé dans une tournée mondiale. Il se rendait alors pour la première fois en Arménie. Et en 1968, il avait épousé en troisièmes noces une Suédoise, Ulla Thorsell.

Dans les années 1970, Aznavour se frottait à des thèmes de société dans ses chansons : Mourir d'aimer, tirée du film du même nom et inspirée par le suicide d'une enseignante en 1969 après une liaison avec un élève, ou Comme ils disent, qui évoque l'homosexualité.

Les plus grands artistes ont repris ses chansons : Ray Charles chante La mamma, Fred Astaire Les plaisirs démodés et Bing Crosby Hier encore.

Tout le monde se l'arrachait, y compris les service fiscaux français qui l'avait rattrapé en 1977. Il avait été condamné en appel à un an de prison avec sursis et à une amende de 10 millions de francs de l'époque.

« Si je n'avais pas eu autant d'ennuis avec l'administration et les médias, je serais resté en France », déclarait-il en 2013, affirmant avoir versé de l'argent à des politiques de tout bord pour tenter de régler ses problèmes, et rappelant avoir finalement bénéficié d'un non-lieu.

En 1988, il était venu en aide à l'Arménie, meurtrie par un tremblement de terre, fonde le comité Aznavour pour l'Arménie et écrit le texte de la chanson humanitaire Pour toi Arménie.

En 1991, il avait partagé la scène à Paris avec son amie Liza Minnelli et, en 1995, rachète les éditions musicales Raoul Breton.

Quand d'autres songeaient à la retraite, lui avait continué d'enchaîner disques, livres de souvenirs et concerts à travers le monde. « Je n'ai jamais, jamais prononcé le mot adieu! », s'emportait-il en 2011, avant d'entamer une série de 22 concerts à l'Olympia pour ses 87 ans.

Sur scène, il impressionnait par sa vitalité intacte et ne faisait que quelques concessions à l'âge : un prompteur pour pallier les trous de mémoire, un fauteuil pour les coups de fatigue, sur lequel il se reposait plus souvent ces dernières années, comme en septembre lors de ses dernières représentations au Japon, après s'être fracturé un bras cet été.

Dans l'une des chansons, J'abdiquerai, Aznavour évoquait la mort en s'amusant ironiquement de son statut de monument de la chanson : « S'il me reste encore un beau spectacle à faire/Un bel enterrement flatterait mon ego. »

Avec les informations de Agence France-Presse

Célébrités

Arts