•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nobel de médecine récompense la recherche contre le cancer

Les photos des lauréats du Nobel de médecine sont projetées sur un écran géant.

James P. Allison et Tasuku Honjo, lauréats du Nobel de médecine 2018

Photo : La Presse canadienne / Fredrik Sandberg/AP

Agence France-Presse

Le prix Nobel de médecine 2018 a été attribué lundi à l'Américain James P. Allison et au Japonais Tasuku Honjo pour leurs découvertes ayant permis de faire avancer la connaissance dans le traitement du cancer, a annoncé l'Assemblée Nobel de l'Institut Karolinska de Suède.

« Allison et Honjo ont montré comment différentes stratégies d'inhibition des freins du système immunitaire pouvaient être utilisées dans le traitement du cancer », a déclaré l'Académie.

Le Nobel de médecine est le premier des prix Nobel décernés chaque année. Les prix en science, littérature et paix ont été créés à l'initiative de l'inventeur de la dynamite, Alfred Nobel, et sont décernés depuis 1901.

Le prix Nobel de littérature ne sera pas remis cette année en raison d'une affaire d'inconduite sexuelle visant l'époux d'une des membres de l'Académie suédoise.

Allison et Honjo se partageront le prix de 9 millions de couronnes suédoises (1,2 million de dollars canadiens) qui accompagne la distinction.

Les deux chercheurs ont travaillé sur les protéines qui empêchent l'organisme, et notamment ses principales cellules immunitaires, les lymphocytes T, de combattre avec efficacité les cellules cancéreuses.

Professeur au centre Anderson de recherche sur le cancer de l'Université du Texas, James P. Allison, né en 1948 au Texas, a « étudié une protéine qui fonctionne comme un frein sur le système immunitaire ».

En desserrant ce frein et « en lâchant nos cellules immunitaires pour attaquer des tumeurs », il a ouvert la voie à une nouvelle approche du traitement des malades. Né en 1942 à Kyoto, Tasuku Honjo, professeur à l'Université de Kyoto depuis 1984, a découvert de son côté une seconde protéine opérant elle aussi comme un « frein ».

« Le cancer tue chaque année des millions de personnes et constitue l'un des plus grands défis de l'humanité pour ce qui est de la santé. En stimulant l'aptitude de notre système immunitaire à attaquer des cellules tumorales, les lauréats du prix Nobel cette année ont établi un principe entièrement nouveau pour le traitement du cancer », ajoute l'institut Karolinska.

« Les découvertes novatrices de ces deux lauréats constituent une étape dans notre combat contre le cancer. »

Amériques

Science